10 jours de prière : Jour 9 – Une force plus grande que le doute

Mis à jour le 07.01.2019 à 15:10
10 jours de prière : Jour 9 ? Une force plus grande que le doute

« Car, je sais en qui j'ai cru, et je suis persuadé qu'il a la puissance de garder mon dépôt jusqu'à ce jour-là. » 2Tim 1:12

 

« Le test est positif, vous êtes enceinte ! » J'étais impatiente de partager cette bonne nouvelle avec mon mari. Notre fille avait presque deux ans, et cette grossesse espacerait parfaitement les enfants. Notre joie s'est transformée en tristesse, cependant, non pas une fois, mais deux fois. Plus tard, dans la journée, j'ai ressenti des douleurs dans le bas-ventre et me suis retrouvée à l'hôpital. Les tests ont confirmé le diagnostic du médecin -une grossesse extra-utérine-. Une de mes trompes de Fallope s'était rompue, provoquant une hémorragie interne potentiellement mortelle. La chirurgie a réparé les dommages physiques, mais pas mon cœur déçu.

 

Après de nombreuses années de tentatives de grossesse infructueuses, mon médecin m'a dit que c'était impossible en raison des lésions tissulaires causées par l'hémorragie. J'étais déterminée à lui prouver qu'il avait tort ! Dans mon cœur, j'ai dit : « Je sers un grand Dieu ; Il a fait un miracle pour Sarah, lui permettant d’être enceinte contre toute attente, et Il est capable de faire un miracle pour moi. » J'ai mis toute ma foi entre les mains de Dieu, et je me suis vite retrouvée enceinte. Dieu a exaucé ma prière ! Nous étions si heureux. Notre foi dans les promesses de Dieu et notre amour pour Lui ont grandi.

 

Mon mari et moi marchions le long d'une rivière paisible un après-midi de sabbat ensoleillé lorsque j'ai ressenti une douleur familière dans mon côté. J'avais déjà ressenti cela auparavant, mais je l'ai rapidement rejeté. Plus tard dans la soirée, la douleur s'est intensifiée et, encore une fois, je me suis retrouvée à l'hôpital. Les tests ont confirmé mes craintes - c'était une deuxième grossesse extra- utérine, et j'avais besoin d'une chirurgie d'urgence.

 

Que se passe-t-il quand un chrétien met toute sa foi dans les promesses de Dieu, pour être déçu après ? Où est le bien dont parle Romains 8. 28 ? Le doute m'a envahie. J’ai demandé à Dieu : « Pourquoi ? Je ne comprends pas ! Pourquoi as-tu répondu à ma prière pour ensuite, me laisser tomber ? »

 

Je me suis allongée dans mon lit d'hôpital, très découragée. J'avais mal physiquement et j'étais épuisée émotionnellement. Je ne voulais voir personne ! Mon infirmière m'a assurée qu’une douche chaude m'aiderait à me sentir mieux. Des larmes coulaient sur mon visage. J'ai pensé que je devais prier, mais je n'ai pas pu. Je me suis sentie totalement abandonnée par Dieu. La vapeur de la douche était comme les nuages sombres d'une tempête. Le diable a eu raison de dire : « Est-ce ainsi que Dieu récompense ceux qui placent leur confiance en Lui ? Est-ce ainsi qu'Il montre son amour ? »

 

Mais Dieu ne m'avait pas abandonnée. J'ai été surprise de m’entendre répéter les mots suivants à haute voix : « Dieu m'aime. » Je n'étais pas sûre de pouvoir ou même de vouloir le faire. Mais une force en moi me poussait à le dire une deuxième fois, alors j’ai dit : « Dieu m'aime. » J'ai répété la même phrase trois fois, soulignant à chaque fois un mot différent. « Dieu m'aime. » « Dieu m'aime. » « Dieu  m'aime ! » Après la troisième déclaration, les ténèbres m'ont quittée ! Je suis retournée dans mon lit complètement épuisée et je voulais être seule.

 

Quand l'aumônière de l'hôpital est entrée dans ma chambre, elle a regardé mon dossier et m’a parlé : « Mme Genson ? » Quand j'ai répondu, elle est venue à mes côtés et a pris ma main dans la sienne en disant : « C'est dur de perdre un bébé, non ? » Les nuages sont revenus ! Ne voulant pas éclater en larmes en sa présence, je me couvris la tête avec ma couverture et disais à haute voix : « Dieu m'aime ! Je sais en qui j'ai cru ! J'ai donné ma vie à Christ, et ce qu'Il décide de faire de moi est bien, parce que ma vie est cachée en Christ. » Après cela, les nuages m'ont, une nouvelle fois quittée.

 

Ces paroles que Jésus a dites à Pierre m'ont réconfortée plus tard : « Ce que je fais, vous ne le comprenez pas maintenant, mais vous le saurez après cela » (Jean 13:7). J'ai lutté avec Dieu pour avoir perdu ce bébé. Je ne comprenais pas pourquoi c'était arrivé, surtout au moment où je faisais cette démarche de foi avec Lui. Il m’a fallu attendre dix ans pour comprendre que Dieu voulait que je fasse l'expérience de la foi qui va au-delà des nuages pour atteindre l’Invisible. Sa grâce est parfaite dans notre faiblesse. J'ai prié pour un miracle, et Dieu m'en a donné un. Mais j'ai noté le vrai miracle : la force de Dieu était plus grande que mes doutes et Il pouvait me garder près de lui à travers toute difficulté. Comme Job, je peux dire : « Voici, qu'il me tue, j'espèrerai en lui» (Job 13.15).

 

« Il sait quelle voie que j’ai suivie ; quand il m'aura éprouvé, je sortirai pur comme l'or. » (Job 23:10).

 

« Dieu nous donne des leçons de confiance. Il nous apprend où chercher de l'aide et de la force en cas de besoin. Ainsi nous obtenons la connaissance pratique de sa volonté dont nous avons tant besoin dans notre expérience de vie. La foi s'affermit dans les conflits sérieux avec le doute et la peur. » (Testimonies, vol. 4, p. 116, 117). « Dans la vie future, les mystères qui nous ont contrariés et déçus seront révélés. Nous verrons que nos prières, apparemment sans réponse et nos espoirs déçus ont été parmi nos plus grandes bénédictions. » (Le ministère de la guérison, p. 474).

 

Téléchargez ici tous les documents et affiches en un seul fichier ZIP.