Paris, France – Dieu et Darwin, une question d’origine

Mis à jour le 28.09.2009 à 20:19
Paris, France ? Dieu et Darwin, une question d?origine
« Dieu et Darwin » une question d’origine » est le thème de la revue adventiste française du mois d’octobre 2009 qui vient de sortir de presse comme nous l’avons annoncé dans un communiqué daté du 26 juin dernier.

Les différents articles sont rédigés par quelques biologistes, paléontologues, scientifiques du Geoscience research institute.
Le créationnisme peut prendre différentes formes et un sociologue comme Sébastien Fath pouvait énumérer dans un colloque EPHE/IESR une typologie des créationnistes dans la mouvance protestante américaine aux États-Unis.
- Le créationnisme littéraliste, à partir d’une lecture littérale de la Bible, (adopté par 15 millions de personnes),
- Le créationnisme concordiste, qui cherche un accord entre le texte et la recherche scientifique, (adopté par 20 à 25 millions de personnes),
- Le créationnisme finaliste, qui adopte l’approche scientifique sans réserve mais en discute la finalité (tendance qui serait la plus répandue aux Etats-Unis et la mieux implantée en Europe),
- Le créationnisme théiste, dans lequel Dieu est reconnu comme Créateur mais dont la Création suivrait son cours librement ensuite (adopté par environ 20 millions de personnes).

Il est vrai que tout comme l’évolutionnisme, le créationnisme soulève d’énormes interrogations. Les positions des uns peuvent se durcir face aux affirmations péremptoires des autres. Pourtant évolutionnistes et créationnistes se placent sur des terrains différents qu’il ne serait pas juste de toujours opposer pour accréditer les découvertes de la science, ou de juxtaposer pour prouver la véracité du récit biblique.

La revue adventiste française du mois d’octobre diffuse une série d’articles inédits « Le lente conversion de Darwin à l’idée d’évolution », « La naissance de la théorie », les difficultés de la théorie de Darwin », « Les dérives de la théorie de Darwin », mais aussi « Le temps de la science et le temps de la Bible », de Benjamin Clausen et un article sur l’étude du récit de la Genèse par Daniel Jennah.
L’Église adventiste a le souci d’affronter les problèmes posés par la science et la foi. Cela en privilégiant une recherche scientifique sérieuse, dénuée de tout sensationnalisme et prudente, se démarquant ainsi de l’attitude scientifiquement peu crédible, théologiquement trop littéraliste et méthodologiquement trop affirmative des créationnistes les plus médiatiques.

Le samedi 24 octobre est considérée comme une journée spéciale pour l’Église adventiste. Pour aider les pasteurs et autres dirigeants de l'Église à s’organiser dans ce culte de la « création » un site web pour cette journée spéciale présente des idées de passages bibliques, prières, histoires pour enfants, musique, sujets de sermon et autres ressources. (www.creationsabbath.net).

Pour recevoir un exemplaire de la revue adventiste : (2,30 €), écrire à communications.ufb@adventiste.org

Source : BIA