Genève, Suisse - L'Alliance réformée mondiale déclare : « Souvenez-vous de la résistance à Hitler » il y a 75 ans

Mis à jour le 03.06.2009 à 00:07
Genève, Suisse - L'Alliance réformée mondiale déclare : « Souvenez-vous de la résistance à Hitler » il y a 75 ans
L'initiative prise par un groupe de protestants allemands en 1934 pour résister au régime nazi demeure un important modèle pour les Églises, affirme le pasteur Setri Nyomi secrétaire général de l'Alliance réformée mondiale (ARM).

Les pasteurs, les théologiens et les fidèles en désaccord avec les dirigeants de l'Église protestante allemande qui était disposée à obéir aux ordres du gouvernement, s'étaient alors réunis à Barmen, un quartier de Wuppertal, pour rédiger une déclaration dans laquelle ils affirmaient que, pour l'Église, seules les Écritures faisaient autorité.

« A un moment critique et dangereux de l'histoire, l'Église confessante en Allemagne a fait preuve de courage en défendant la justice et la vie. Cette initiative a laissé sa marque sur le monde à jamais » a affirmé Setri Nyomi dans une déclaration publiée par l'ARM pour marquer le 75ème anniversaire, le 31 mai, de la déclaration de Barmen.

Cette déclaration, rédigée en grande partie par le théologien suisse réformé Karl Barth, alors professeur en Allemagne, appelle les chrétiens à adopter une liste de six "thèses" par opposition à la mainmise croissante du gouvernement sur la direction de l'Eglise.

Toutefois, quelques voix critiques ont fait remarquer que la Déclaration de Barmen ne mentionnait pas les persécutions subies par les juifs allemands qui avaient déjà commencé à l'époque de la réunion de 1934.

« Avec le recul, on s'aperçoit que la confession de Jésus-Christ en tant que seule Parole de Dieu aurait dû être liée au fait que Jésus était juif », a observé l'évêque protestant Wolfgang Huber, d'après l'agence de presse protestante EPD.

En Allemagne, les responsables d'Églises protestantes vont célébrer cet anniversaire à l'occasion d'un culte spécialement organisé dans la cathédrale de Berlin le 31 mai.

Le pasteur Nyomi a souligné que ce texte, élaboré par les membres d'Églises luthériennes, réformées et unies, avait eu un retentissement durable. « La déclaration de Barmen a été une source d'inspiration pour les prises de position adoptées par l'ARM contre l'apartheid et contre l'ordre économique mondial dominant qui lèse les populations vulnérables et nuit à l'environnement », a-t-il déclaré.

En 1986, des membres de l'ARM en Afrique du sud s'étaient inspirés de la Déclaration de Barmen pour publier la confession de Belhar en réaction au régime de l'apartheid qui sévissait dans le pays. Le texte de cette confession précise que l'apartheid est un péché, non seulement parce qu'il des problèmes sur les plans politique et social, mais parce qu'il contredit les fondements de la foi chrétienne.

Au cours de plusieurs réunions qui se sont tenues au Ghana en 2004, le conseil général de l'ARM, son organe directeur suprême, a adopté la "Confession d'Accra" qui affirme qu'en condamnant les gens à la pauvreté et la marginalisation tout en mettant en péril l'environnement naturel de la terre, les systèmes économiques et sociaux sont en état de péché.

Les Églises membres continuent de s'interroger pour savoir s'il s'agit bel et bien d'une "confession", ce qui en ferait une condition préalable à toute adhésion à l'organisation, ou d'une « prise de position inspirée par la foi » dans laquelle seraient formulées des convictions n'ayant aucun caractère contraignant.

De son côté, le théologien allemand Peter Bukowski, de l'Alliance réformée allemande (Reformierter Bund) estime que la Confession d'Accra renferme des éléments qui relèvent de convictions fondamentales et ne se prêtent à aucune discussion. « La justice sociale est étroitement associée à notre foi chrétienne », a-t-il déclaré. « Mais ce qui fait débat, c'est la manière de combattre ce que certains appellent le 'néolibéralisme' ».

Source : ENI/BIA