Rome, Italie – Des dirigeants politiques et des dirigeants de l'Eglise adventiste célèbrent ensemble 20 ans de liberté religieuse

Mis à jour le 24.03.2008 à 19:32
Rome, Italie ? Des dirigeants politiques et des dirigeants de l'Eglise adventiste célèbrent ensemble 20 ans de liberté religieuse
Le 6 mars dernier, les représentants des adventistes du septième jour ont rencontré le premier ministre italien accompagné d'autres responsables, pour commémorer le 20ème anniversaire de l'accord conclu entre le gouvernement et l'Eglise adventiste d’Italie. Une fois signé, cet accord avait légalisé les relations entre l'Eglise et l'Etat italien sans mettre en danger l'identité de l'Eglise ni son indépendance.

Le pasteur Daniele Benini, président de l'Eglise adventiste en Italie, affirme : « Nous voulons remercier les autorités de notre pays pour la liberté dont nous jouissons ». En 1988, les adventistes faisaient partie des premières dénominations protestantes à signer l'accord dans un pays à prédominance catholique.

Dora Bognandi, directrice du Département des affaires publiques et de la liberté religieuse en Italie, dit que l'accord a pris toutes les dispositions nécessaires pour les observateurs du sabbat (septième jour) en Italie. Cet accord reconnaît aussi officiellement les pasteurs adventistes et les cérémonies pour lesquelles ils officient. Il permet aux jeunes adventistes de choisir le service à la communauté au lieu du service militaire obligatoire et il établit des postes d'aumônerie adventiste dans les prisons et hôpitaux du pays. Suite à cet accord, l'Eglise adventiste fut autorisée à se faire de la publicité et à récolter des dons.

Le directeur du département de la liberté religieuse de l'Eglise mondiale, John Graz, a rejoint la délégation adventiste pour cette rencontre. Il commente : « L'Italie est un fantastique exemple de liberté religieuse. Dans le pays qui accueille le Vatican, non seulement nous sommes reconnus, mais nous sommes aussi accueillis et bien intégrés. Nous avons voix sur la place publique et nous sommes totalement protégés par l'Etat ». J. Graz a précisé aux responsables qu'il présente l'Italie comme modèle de liberté religieuse lors de ses voyages pour la promotion de la liberté de croyance.

Le premier ministre Romano Prodi, aux côtés du président du Sénat Franco Marini, et de l'ancien président de la République Oscar Luigi Scalfaro, a dit que la liberté religieuse individuelle est vitale dans une nation composée de nombreuses cultures et systèmes de croyances différents. R. Prodi, dont la carrière politique se termine, a dit qu'il continuerait à travailler en faveur de la liberté religieuse.

L'adventisme a fait ses premiers pas en Italie en 1864. Aujourd'hui, on compte 8 500 adventistes dans un pays de presque 60 millions d'habitants. J. Graz déclare : « Malgré notre faible représentation, presque tout le monde connaît l'église adventiste en Italie ».
Source : ANN/EUD/BIA