Une étude sur la santé publique établit un lien entre une mauvaise alimentation et la maladie mentale

Mis à jour le 08.03.2019 à 14:21
Une étude sur la santé publique établit un lien entre une mauvaise alimentation et la maladie mentale

Loma Linda, Californie, États-Unis | James Ponder, Informations du Pôle Santé de l’Université de Loma Linda

 

Une étude a découvert qu’il existe un lien entre une mauvaise santé mentale et une alimentation de mauvaise qualité, – indépendamment des caractéristiques personnelles telles que le sexe, l’éducation, l’âge, la situation conjugale et le niveau de revenu.

 

L’étude, publiée le 16 février 2019 dans le Journal International des Sciences de l’Alimentation et de la Nutrition, a révélé que les adultes en Californie, aux États-Unis, qui consommaient plus de nourriture de mauvaise qualité étaient également plus susceptibles que les autres de faire état de symptômes de détresse psychologique modérée ou grave par rapport à leurs pairs qui avaient une alimentation plus équilibrée.

 

Jim E. Banta, professeur adjoint à l’École de Santé Publique de l’Université de Loma Linda, auteur principal de l’étude, a déclaré que les résultats étaient similaires à ceux d’études précédentes réalisées dans d’autres pays qui ont établi un lien entre la maladie mentale et de mauvais choix en matière d’alimentation. On a découvert que l’augmentation de la consommation de sucre est liée au problème de bipolarité, par exemple, et que la consommation d’aliments frits ou contenant de grandes quantités de sucre et les céréales raffinées ont été associées à la dépression.

 

« Cette étude et d’autres pourraient avoir d’importantes implications pour les traitements en médecine comportementale, » a déclaré Jim Banta. « Le moment est peut-être venu pour nous d’examiner de plus près le rôle de l’alimentation dans la santé mentale, car il se pourrait que des choix alimentaires sains contribuent à la santé mentale. D’autres recherches seront nécessaires avant de pouvoir répondre de manière définitive, mais les preuves semblent aller dans cette direction. »

 

Jim Banta a indiqué que le lien établi entre une mauvaise alimentation et la maladie mentale n’est pas une relation de cause à effet. Cependant, a-t-il dit, les résultats de l’étude menée en Californie s’appuient sur des études antérieures et pourraient affecter les futures recherches et les approches utilisées par les prestataires de soins de santé pour administrer des traitements en médecine comportementale.

 

Dans leur étude, Jim Banta et son équipe ont examiné des données provenant de plus de 240000 enquêtes téléphoniques réalisées entre 2005 et 2015 dans le cadre de l’Interview pluriannuelle pour l’Enquête de Santé en Californie (CHIS). La base de données CHIS contient d’importantes informations sur les caractéristiques sociodémographiques, l’état de santé et les habitudes sanitaires ; Elle a été conçue pour fournir, à l’échelle de l’état, des estimations pour les régions de Californie et dans divers groupes ethniques.

 

L’étude a révélé que près de 17% des adultes en Californie sont susceptibles de souffrir de maladie mentale – 13,2% de détresse psychologique modérée et 3,7% de détresse psychologique grave.

 

L’étude a indiqué que les conclusions de l’équipe amenaient « des preuves supplémentaires montrant que les orientations publiqus et la pratique clinique devraient viser plus explicitement à améliorer la qualité de l’alimentation chez ceux qui luttent contre des problèmes de santé mentale. » Elle a également indiqué que « les interventions dans l’alimentation des personnes souffrant de problèmes mentaux devraient cibler en particulier les jeunes adultes, ceux qui ont moins de 12 ans d’éducation et les personnes obèses. »

 

La version originale de ce récit a été publiée sur le site d’informationsdu Pôle Santé de l’Université de Loma Linda.

 

Traduction: Patrick Luciathe (DIA)