Le secret de la paix

Réflexions spirituelles

Ted NC Wilson | Adventist World | Février 2021

Il y a environ un an, alors que la COVID-19 commençait à se répandre de façon mortelle sur toute la terre, le monde a commencé à changer de manière radicale. Et depuis, nous voyons ce monde devenir plus instable, plus incertain. Partout où nous nous tournons, nous constatons un malaise, de l’agitation, et de l’incertitude. Les choses ne semblent pas s’améliorer, et beaucoup font de l’anxiété dans la crainte de ce qui nous attend.

Cela me rappelle la façon dont la Bible décrit les derniers jours. Dans Luc 21.25,26, nous lisons : « Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles. Et sur la terre, il y aura de l’angoisse chez les nations qui ne sauront que faire, au bruit de la mer et des flots, les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre ; car les puissances des cieux seront ébranlées. »

Si les temps et les situations peuvent changer, en revanche, la peur et l’anxiété ne sont rien de nouveau. En reculant de 2 000 ans par le biais des Écritures, nous voyons la terreur sur le visage des disciples du Christ, nous entendons leur effroi dans leurs cris alors qu’une tempête tumultueuse les ballotte. Ils sont sûrs qu’ils vont bientôt se noyer dans la mer de Galilée (voir Mt 8.23-27).

Mais la journée n’a pas commencé ainsi ! En fait, à bien des égards, elle s’est déroulée comme tant d’autres, c’est-à-dire remplie d’activités alors que Jésus enseignait et guérissait les nombreuses personnes qui se pressaient autour de lui. Mais le temps est venu de congédier la foule et de prendre un repos bien mérité.

Alors que les disciples montent dans la barque et la mettent au large, ils sont loin de se douter qu’une tempête se prépare. Épuisé par cette journée bien remplie, Jésus s’endort rapidement à l’arrière de la barque.

Mais bientôt, l’atmosphère change. Une effroyable tempête éclate sur le lac. En raison de la montagne et des ravins qui l’entourent, la mer de Galilée est, aujourd’hui encore, connue pour ses passages soudains du calme à la tempête en un rien de temps.

Dans le livre Jésus-Christ, Ellen White décrit la scène : « Le soleil s’étant couché, une nuit noire couvre la mer démontée. Des vagues furieuses, soulevées par la bourrasque, se jettent sur la barque des disciples, menaçant de l’engloutir. Ces pêcheurs courageux […] ne sont plus que les jouets impuissants de la tourmente, la barque s’emplit d’eau, et leur espoir s’évanouit (1). »

Mes amis, comme il est tentant, lorsque nous nous retrouvons comme les disciples au milieu d’une tempête, de nous sentir impuissants et désespérés – d’oublier que Jésus est « un secours qui ne manque jamais dans la détresse » (Ps 46.1) !

Néanmoins, il est là ! Il répondra à nos cris tout comme il a répondu aux cris désespérés de ses disciples.

Poursuivons notre lecture de ce beau chapitre de Jésus-Christ. « Leurs cris réveillent Jésus. À la lueur d’un éclair, ils voient la paix du ciel répandue sur son visage ; dans son regard, un amour infiniment tendre ; leurs cœurs se tournent vers lui, et ils supplient : “Seigneur, sauve-nous, nous périssons.”

« Jamais un tel cri n’est resté sans réponse. Les disciples tentent un dernier effort avec leurs rames, et Jésus se dresse. Debout au milieu des disciples tandis que la tempête fait rage, que les vagues s’élèvent autour d’eux et que l’éclair illumine son visage, il étend la main, cette main si souvent occupée à des œuvres de miséricorde, et il dit à la mer en furie : “Silence, apaise-toi.” »

La tempête se calme instantanément. Imaginez ce que ce moment a dû être – passer en un instant des vagues déferlantes et du vent impétueux à un silence empreint de sérénité… La mer a retrouvé son calme, tout comme les disciples émerveillés.

AU BEAU MILIEU DE LA TEMPÊTE

Aujourd’hui, nous sommes effectivement au beau milieu d’une tempête – d’une tempête d’incertitude, d’anxiété, et de peur. Et nous savons qu’une tempête encore plus forte se prépare. Comment la traverser, comment être prêts à faire face à ce qui nous attend ?

Dans le livre Pour un bon équilibre mental et spirituel, nous trouvons ce précieux aperçu : « Cette nuit où les disciples étaient à bord de leur embarcation fut pour eux une école où ils devaient recevoir leur éducation en vue de la grande œuvre qu’ils allaient accomplir par la suite. Chacun doit traverser les sombres heures de l’épreuve comme faisant partie de son éducation pour une œuvre supérieure, en vue d’un effort plus total, plus consacré. La tempête ne s’abattit pas sur les disciples pour qu’ils fassent naufrage, mais pour qu’ils soient mis à l’épreuve individuellement. »

L’auteur poursuit : « Bientôt, l’heure de notre éducation sera passée. Ne perdons pas notre temps à marcher à travers les nuages du doute et de l’incertitude. […] Nous pouvons nous tenir auprès de Jésus. Que nul […] ne se soustraie à une seule leçon pénible ; que nul ne se prive du bienfait résultant d’une douloureuse discipline (2). »

Quelle merveilleuse promesse nous avons là – être tout près de Jésus à travers chaque tempête, se souvenir qu’il est à nos côtés pour nous fortifier et nous guider dans tout ce que nous devons affronter ! Combien il importe, maintenant plus que jamais, de passer du temps à lire sa Parole, laquelle brille comme une lumière dans les ténèbres (voir Ps 119.105) et de nous brancher sur lui par la prière !

SEIGNEUR, OUVRE NOS YEUX !

La Bible foisonne d’exemples de personnes qui ont fait exactement cela face à des situations apparemment insurmontables. Si les exemples sont nombreux, l’un des plus étonnants se trouve sans doute dans 2 Rois 6.

Dans cette histoire, le roi de Syrie envoie une puissante armée avec des chevaux et des chars pour encercler la ville de Dothan où séjourne le prophète Élisée. Tôt le matin, le serviteur d’Élisée aperçoit ce qui semble annoncer une mort certaine, et terrifié, s’écrie : « Ah ! mon seigneur, comment ferons-nous ? » (v. 15)

Élisée reste calme ; il regarde déjà à travers les yeux de la foi. « Ne crains point, répond-il, car ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec eux (3). » (v. 16) Puis il fait une chose merveilleuse : il prie.

« Éternel, ouvre ses yeux, pour qu’il voie. » (v. 17a) Et le Seigneur répond à sa prière de façon extraordinaire ! Le jeune homme aperçoit « la montagne pleine de chevaux et de chars de feu autour d’Élisée » (v. 17b).

C’est ça, mes amis, le secret de la paix. C’est ainsi que nous faisons face à la tempête. C’est ainsi que nous sommes remplis de certitude dans un monde incertain. Nous voyons à travers les yeux de la foi – croyant que Dieu est à nos côtés, faisant confiance à sa Parole, nous branchant sur lui par la prière, lui permettant de nous enseigner de précieuses leçons de foi et de confiance, d’opérer en nous un réveil et une réforme, et allant de l’avant avec l’incroyable mission qui consiste à sauver des âmes pour lui par le biais de l’« Implication totale des membres » – et tout ça, par sa puissance.

Maranatha ! Jésus revient bientôt ! En dépit des circonstances difficiles auxquelles nous sommes tous confrontés, répondons à l’appel de Jésus à chacun de nous en disant : « Seigneur, j’irai. » Comme le dit le thème de notre pro- chaine session de la Conférence générale, « Jésus revient ! Impliquez-vous ! »


1 Ellen G. White, Jésus-Christ, p. 325, 326.
2 Ellen G. White, Pour un bon équilibre mental et spirituel, vol. 2, p. 729.
3 Sauf mention contraire, toutes les citations des Écritures sont tirées de la version Louis Segond 1910.


Ted N. C. Wilson est le président de l’Église adventiste du septième jour. Des articles et des commentaires supplémentaires sont disponibles depuis le bureau du président sur Twitter : @pastortedwilson, et sur Facebook : @PastorTedWilson.

Leave a CommentSubmit

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.