Il suffit d'un seul

Méditations spirituelles 24/11/2022

24 novembre 2022 | Martinique

1 – Le cygne impossible

Il suffit d’une exception précise pour réfuter une vérité générale. Que « tous les cygnes soient blancs » est un exemple ancien de ce fait. Juvénal, le poète satirique romain du 2ème siècle, a fait le commentaire que l’épouse parfaite était « un oiseau rare dans les terres et ressemblait beaucoup à un cygne noir », ce qui supposait qu’il était impossible qu’un cygne noir existe1.

D’innombrables yeux dans des milliers d’endroits au cours de multitudes d’années n’avaient vu que des cygnes blancs. Par conséquent, « tous les cygnes doivent être blancs car tous les témoignages historiques rapportaient qu’ils avaient les plumes blanches »2.

La déclaration de Juvenal a été acceptée à Londres au XVIe siècle comme l’expression de quelque chose d’impossible. Puis le navigateur néerlandais Willem de Vlamingh en 1697 a navigué dans un estuaire en Australie occidentale et a découvert une abondance de cygnes noirs nageant majestueusement en oubliant totalement que leur existence était jugée impossible3. La découverte de Vlamingh « a montré combien il est risqué de déclarer quelque chose d’impossible »4.

2 – Jésus et un débat sur la résurrection

Certains sadducéens ont décidé de montrer Jésus en lui posant une question qui démontrait l’impossibilité de la résurrection d’entre les morts (Marc 12 :18-27)5. Les Sadducéens appartenaient à la classe sacerdotale juive et n’acceptaient que les cinq livres de Moïse comme Écriture. Cette limitation les a amenés « à dire qu’il n’y a point de résurrection [d’entre les morts] » (v18 ; Actes 23 :8). D’autre part, les pharisiens laïcs ont affirmé la résurrection d’entre les morts, et la teneur de l’interrogatoire des sadducéens à Jésus indique qu’ils savaient qu’il était d’accord avec les pharisiens6. Leur interrogatoire de Jésus n’aurait guère de sens s’ils savaient qu’il était d’accord avec eux qu’il n’y a pas de résurrection d’entre les morts.

La loi exigeait qu’un homme épouse la veuve sans enfant de son frère décédé pour lui donner une progéniture au sein de son clan (Deutéronome 25: 5)7 .Les sadducéens ont suggéré une séquence hypothétique où six frères du mari originel étaient obligés d’épouser l’un après l’autre sa veuve sans enfant. Finalement, la veuve sans enfant elle-même mourut. Les sadducéens tendirent alors leur piège : « A la résurrection, duquel d’entre eux sera-t-elle la femme? Car les sept l’ont eue pour femme» (Marc 12 :23). L’idéal matrimonial de l’Ancien Testament était le mariage monogame (Genèse 2 :24,25 ; Malachie 2 :14-16). Le point des sadducéens est que si la croyance en la résurrection conduit à une situation impossible dans l’au-delà, alors cette croyance est erronée.

Jésus réfute l’énigme des sadducéens en énumérant certaines de leurs lacunes. Premièrement, ils nient le pouvoir de Dieu de ressusciter les morts, mais Jésus l’affirme. Deuxièmement, ils définissent à tort la vie future comme une simple extrapolation de cette vie, mais, dit Jésus, la vérité est que « à la résurrection des morts, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes de maris, mais ils seront comme les anges dans les cieux» ( Marc 12:25); ou comme le dit Luc, « car ils ne pourront plus mourir, parce qu’ils seront semblables aux anges, et qu’ils seront fils de Dieu, étant fils de la résurrection» (Luc 20:36).

Troisièmement, ils ignorent les Écritures. Car, Jésus leur rappelle que Dieu s’est révélé à Moïse au buisson ardent (Exode 3:6) comme le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob (Matthieu 22:32; Marc 12:26; Luc 20:37) . En fait, dans chacun des cinq livres de Moïse auxquels les sadducéens ont limité les Écritures, Dieu est connu comme le Dieu gardien de l’alliance d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Le point de vue de Jésus est qu’une telle attribution au Dieu immortel (1 Timothée 6:16) doit toujours être vraie. Les attributs de Dieu, tout comme son être, sont éternels ; Il est toujours le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob (Matthieu 8 :11 ; Luc 13 :28 ; Actes 3 :13 ; 7 :32). D’où la nécessité que les morts [patriarches] soient ressuscités (Marc 12:26), car « Dieu n’est pas Dieu des morts, mais des vivants ; vous [les sadducéens « qui disent qu’il n’y a pas de résurrection »] n’êtes-vous pas dans l’erreur » (vv27,18, 24).

Certains interprètent la déclaration de Jésus selon laquelle le Seigneur « n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants », comme « impliquant qu’ils [les patriarches] existent entre-temps, présents et vivants pour Dieu ». C’est-à-dire qu’entre la mort et la résurrection, l’âme d’une personne vivrait comme esprit dans le ciel avec Dieu. Cependant, cela introduit un concept qui est étranger au contexte. Tout au long du passage, Jésus plaide constamment en accord avec les pharisiens pour la résurrection des morts. Les auditeurs de Jésus « conviendraient tous que Dieu est un Dieu des vivants. Si cela est vrai et si Dieu s’identifie aussi comme le « Dieu d’Abraham, et le Dieu d’Isaac, et le Dieu de Jacob », la logique suggère qu’un jour ces patriarches seront à nouveau vivants. Cela aura lieu par la résurrection8 .

3 – L’abolition de la mort

Un syllogisme a une prémisse majeure et une prémisse mineure à partir desquelles une conclusion logique est tirée. Un cas célèbre est l’exemple socratique : tous les humains sont mortels. Socrate est un humain. Donc Socrate est mortel. Nous finirons tous par mourir. Comme l’a noté le sage, la tombe a un appétit insatiable (Proverbes 30:15,16). Cependant, si l’on devait triompher de la mort, alors la mort ne pourrait plus continuer son déchaînement sans être contestée. Ainsi, Jésus, en accomplissement de son propre enseignement, a été ressuscité des morts.

Pierre a accusé ses compagnons israélites en disant : « cet homme, livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, vous l’avez crucifié, vous l’avez fait mourir par la main des impies.

Dieu l’a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu’il n’était pas possible qu’il fût retenu par elle. » (Actes 2:23,24 NLT). Paul défie moqueusement la faucheuse avec ces questions : «Ô mort, où est ta victoire ? Ô mort, où est ton aiguillon ? » (1 Corinthiens 15:55)   et il donne sa réponse avant de poser ses questions : « La mort a été engloutie dans la victoire » [du Christ] (v54).

Paul, à la lumière de la résurrection de Jésus, a demandé avec incrédulité aux Grecs sceptiques de Corinthe : « comment quelques-uns parmi vous disent-ils qu’il n’y a point de résurrection des morts? (1 Corinthiens 15 :12). Si Christ n’a pas été ressuscité, alors les croyants sont morts dans leurs péchés, et ceux qui sont morts en Christ ont péri pour toujours (v18). De plus, si Dieu n’a pas ressuscité Jésus d’entre les morts, alors le témoignage apostolique est un mensonge (vv14,15).

Pour Paul, qui avait vu le Christ ressuscité (1 Corinthiens 15 :8), les sadducéens et les grecs sceptiques avaient tort car « maintenant, Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts. » (v20) « mais chacun en son rang. Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent à Christ, lors de son avènement » (v23). « Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse» (Romains 5 :14), mais Moïse a exacerbé le problème ; il ne l’a pas résolu (vv12, 20a). Par conséquent, le péché et la mort ont continué à régner sur l’humanité jusqu’à la venue du Christ (« comme le péché a régné par la mort, ainsi la grâce régnât par la justice pour la vie éternelle, par Jésus Christ notre Seigneur » v21).

Après la crucifixion, les disciples du Christ l’ont abandonné ; ils étaient pleins de peur et d’incertitude, et leur témoignage était muet. Puis une transformation s’est produite et leur témoignage est devenu audacieux et ils ont commencé à bouleverser le monde (Actes 17:6). Ce changement radical dans leur vie était dû à leur conviction que Dieu avait ressuscité Jésus d’entre les morts, événement dont ils ont été témoins (Actes 2.32 ; 3 :15 ; 5 :30-32 ; 10 :41).

L’espérance de résurrection du chrétien est liée à la mort et à la résurrection de Jésus (Romains 6:5) et elle est collective et communautaire. Les croyants n’entrent pas les uns après les autres dans la présence de Dieu comme des supporters passant les tourniquets d’un stade de football ; non, ils rencontrent Jésus ensemble. Cela contraste avec l’idée d’une âme immortelle, qui est individualiste et n’est pas liée à la résurrection de Jésus de la même manière que le Nouveau Testament y lie la résurrection des croyants (Romains 6 : 8 ; 1 Corinthiens 6 : 14 ; 15 : 23. ; 2 Corinthiens 4 :14 ; 1 Thessaloniciens 4 :14)9. Le règne universel de la mort était terminé, car il suffit d’une exception pour réfuter une vérité générale ; et cette seule exception est Jésus, « que Dieu a ressuscité » (Actes 3 : 26 ; 5 : 30 ; 13 : 37) et par qui il « qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l’immortalité par l’Évangile » (2 Timothée 1 : 10).

Quand Vlamingh et son équipage retournèrent en Europe, ils témoignèrent du fait que dans la grande terre du sud il y avait des cygnes noirs en abondance ; l’impossible était possible. Sans aucun doute, beaucoup ont rejeté leur témoignage, d’autant plus que les cygnes noirs qu’ils avaient l’intention de montrer comme preuves étaient morts pendant le long voyage de retour en Hollande.

Lorsque Dieu a ressuscité Jésus d’entre les morts, de nombreux témoins l’ont vu vivant : des femmes qui L’ont suivi depuis la Galilée, des disciples qui ont fait de même, 500 frères et sœurs, des apôtres en général, des parents et des Thomas qui doutaient (1 Corinthiens 15 :5-8). ). « C’est ce Jésus que Dieu a ressuscité; nous en sommes tous témoins. » (Actes 2 :32). « Le Prince de la vie, que Dieu a ressuscité des morts; nous en sommes témoins» (Actes 3 : 15). Il n’y avait rien au sujet de ces témoins pour impliquer qu’ils étaient des menteurs ou des trompeurs ou des crédules ou des escrocs. Au contraire, ils étaient honnêtes et fiables et ne recherchaient en aucun cas la richesse, l’adulation, la popularité, la position ou le prestige. Ils étaient des témoins dignes de confiance du fait qu’un homme, Jésus, avait triomphé de la mort – et il suffit d’une seule exception pour contester un fait réputé universel.


Norman Young

Le Dr Norman Young a enseigné au Avondale College (maintenant l’Université) pendant 31 ans (1973-2004). À la retraite, il aime toujours étudier et publier occasionnellement des articles.


  1. Satires 6.165.
  2. Nassim Nicholas Taleb, cité dans < https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_du_cygne_noir > (consulté le 27/10/22).
  3. J’ai grandi à Perth et je connaissais leur existence par observation depuis l’enfance. L’estuaire s’appelle maintenant la rivière Swan (traduction de « cygne » en anglais) et un cygne noir figure sur le drapeau de l’Australie-Occidentale.
  4. Tim Low, « Black Swan : l’oiseau impossible », Australian Geographic, 11 juillet 2016.
  5. Les références bibliques de la traduction proviennent de la Bible Louis Segond, sauf indication contraire.
  6. Paul utilise intelligemment la dispute entre les sadducéens et les pharisiens au sujet de la résurrection des morts pour détourner l’attention sur lui-même (Actes 23 :6 ; 24 :21).
  7. C’était le seul moyen pour un donneur de sperme d’aider la veuve sans enfant à l’époque de l’Ancien Testament, mais c’était limité aux membres de la famille ; aucun étranger ne pourrait remplir le rôle.
  8. Craig A. Evans, Marc 8:27–16:20 (Word Biblical Commentary, vol 34B ; Nashville, TN : Thomas Nelson, 2001) 256 ; voir aussi RT France, The Gospel of Mark (The New International Greek Testament Commentary; Grand Rapids, MI/Carlisle, UK, Eerdmans/Paternoster, 2002) 471–475.
  9. La clause « amener avec lui » est souvent interprétée à tort comme signifiant « amener avec lui du ciel », mais le contexte concerne clairement la résurrection des morts en Christ et la translation de ses disciples qui sont vivants à sa venue. Il est plus fidèle au contexte d’interpréter la clause comme signifiant « amener au ciel le nouveau ressuscité et les vivants avec lui ».

Extrait et traduit de l’article paru en Australie dans Advent Record le 26 octobre 2022 : https://record.adventistchurch.com/2022/10/26/it-takes-only-one/

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.