47 ans – un témoignage en soi

Méditations spirituelles 06/06/2021

Juin 2021 | Hamilton Williams et Julie | Adventist World

Ma femme et moi sommes mariés depuis 47 ans. Pour moi, le simple fait de dire ça, c’est un témoignage en soi ! Un témoignage de la bonté et de la grâce de Dieu. Un témoignage de notre volonté de nous soumettre non seulement à Dieu, mais aussi, en second lieu, l’un à l’autre.

L’un des principaux concepts qui nous a permis de rester ensemble est que pour nous, l’échec n’a jamais été une option. Le divorce non plus. Dans cet esprit, chaque fois que nous avons rencontré un obstacle, chaque fois que nous nous sommes heurtés à un mur, nous avons mis toute notre énergie à trouver le moyen de surmonter ce défi.

Si nos 47 années de mariage n’ont pas toujours été une route toute droite, bien nivelée, sans obstacles, en revanche, elles ont été enrichissantes et porteuses de croissance. Ce parcours a fait de moi une personne meilleure. Je crois sincèrement que Dieu a utilisé notre mariage pour nous aider à nous débarrasser de l’égoïsme – ce fléau de l’humanité. Maintenant que je peux regarder en arrière, je ris des pensées enfantines et souvent égoïstes qui menaçaient de faire échouer notre relation.

En voici un exemple. À maintes reprises, ma femme m’a exclu de notre chambre à coucher parce que j’avais regardé une émission de télévision intéressante jusque tard dans la soirée. J’aurais pu prendre la position de l’homme de la maison et insister pour qu’elle ouvre la porte, ou même la défoncer… Mais cela n’aurait qu’aggravé la situation et rendu la réconciliation plus difficile. Chaque fois, j’ai décidé d’aller tranquillement dormir dans une autre pièce. Plus tard dans la nuit, j’ai tenté de nouveau ma chance, et à mon soulagement, la porte était déverrouillée ! Le lendemain matin, alors que nous en discutions, j’ai dit à ma femme en souriant comment j’avais été « mis à la porte ». Avec le temps, nous avons tous deux trouvé un compromis. Pour ma femme, il était inconcevable que des gens mariés n’aillent pas au lit en même temps chaque soir, sauf lorsqu’il était impossible de faire autrement. De son côté, elle a commencé à comprendre que le fait que je ne vienne pas au lit quand elle était prête à dormir n’était pas une indication d’un manque d’amour de ma part. Grâce à ce compromis, cette question a cessé d’être une source de désaccord. Comme le dit Amos : l’accord est la base de la marche commune (Am 3.3).


Hamilton Williams et Julie, sa femme, habitent à Phoenix, en Arizona. Hamilton est pasteur de l’Église adventiste Beacon Light dans cette même ville.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.