10 jours de prière : Jour 6 – Le don de la repentance

Mis à jour le 07.01.2019 à 14:58
10 jours de prière : Jour 6 ? Le don de la repentance

«Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu'il vous élève au temps convenable ». 1Pierre 5:6

 

Monsieur G. était un enseignant respecté dans un petit pensionnat; dans les collines vallonnées de l'est de l'État de Washington. Cette école enseignait non seulement les principes de la lecture, de l'écriture, des mathématiques et des compétences professionnelles, mais aussi les principes fondamentaux de la vie chrétienne pratique. Les élèves ont appris à donner des études bibliques, à prêcher lors des réunions d'évangélisation et à diriger leurs églises locales en enseignant à l’école du sabbat, en prêchant et en faisant du porte à porte. Monsieur G a joué un rôle essentiel dans leur éducation.

 

Monsieur G. assurait ses cours de Bible, aux classes de seconde, à partir du livre « Vers Jésus ». Il utilisait des méthodes pratiques pour marquer dans l'esprit de ses étudiants la simplicité de l'Évangile. Et il s’efforçait de leur faire comprendre les principes d’une vie qui consiste à marcher avec Jésus et à demeurer en Lui quotidiennement. Sa vie était un témoignage de la puissance de Dieu, et il soulignait dans l'esprit de ses élèves l'importance de commencer la journée avec Christ. « Consacrez-vous à Dieu le matin ; que ce soit là votre premier soin. Votre prière doit être : « Prends-moi, ô Dieu, comme ta propriété exclusive. Je dépose tous mes plans à Tes pieds. Emploie-moi aujourd'hui à Ton service. Demeure en moi, et que tout ce que je ferai soit fait en Toi ». (Vers Jésus, pp. 108,109).

 

Monsieur G. enseignait non seulement la classe biblique de niveau supérieur, mais aussi la menuiserie aux garçons de classe de quatrième. Le cours était en deux parties. Ils étudiaient d’abord un livre, ensuite, ils appliquaient ce qu'ils avaient appris d'une manière pratique. Un jour, en classe, Monsieur G. aidait trois des garçons à construire un mur de soutien, tandis que les trois autres jouaient sur un tas de bois de coffrage. Monsieur G. demanda aux garçons de ne pas toucher au bois, car il pourrait tomber et blesser quelqu'un. Les garçons continuèrent à s’amuser sur le bois, et quand il se déplaça pour leur parler, une grande planche tomba sur son pied. Il se tordait de douleur, le pied sérieusement touché. Les garçons, pensant que c'était très drôle, ricanaient en le pointant du doigt. Sur le coup, Monsieur G. s'est mis en colère. Il prononça des mots sévères à l’encontre des garçons. Comme Moïse, qui a perdu son sang-froid avec les enfants d'Israël, il a perdu son sang-froid devant ses élèves.

 

En courant dans un bureau voisin, Monsieur G. s'écria à Dieu : « J'ai tout fait échouer, Seigneur ! Je ne peux plus enseigner ! » Tranquillement, la tendre miséricorde et la compassion de Jésus réconfortaient son cœur, apportant la repentance. « Plusieurs personnes, réellement consciencieuses et désireuses de vivre pour Dieu, sont trop souvent amenées par l’ennemi à s’arrêter sur leurs fautes et leurs faiblesses ; en les séparant ainsi du Christ, il espère remporter la victoire. Reposez-vous en Dieu ; il est à même de garder le dépôt que vous lui avez confié. Si vous voulez vous remettre entre ses mains, il vous rendra plus que vainqueur par celui qui vous a aimé ». (Vers Jésus, pp.111, 112).

 

Pendant qu'il priait, la pensée lui vint : « Tu ne peux pas rester dans ce bureau toute la journée ; tu dois aller dire à ces garçons que tu M'as mal représenté par ton attitude ». Humblement, il revint vers les garçons, qui se tenaient dehors et leur exprima ses remords pour son accès de colère. « Je ne vous ai pas représenté Jésus aujourd'hui, et j’en suis désolé », s'excusa-t-il. Les garçons ont essayé de le réconforter en lui disant : « C'est bon ! Tout le monde fait des erreurs. Ce n’est pas grave ! »

 

L’heure de cours suivante pour Monsieur G. ce jour-là était un cours de Bible. Il avait demandé à ses élèves de lire le cinquième chapitre du livre Vers Jésus, « La croissance en Jésus-Christ », et d'écrire une pensée qui les interpelait. Lorsqu'il est entré dans sa classe, il ne se sentait pas émotionnellement prêt à enseigner. Les élèves sont entrés et ont pris place et l'une des filles a posé son devoir sur son bureau. Monsieur G. a jeté un coup d'œil vers le bas de la feuille, ses yeux se sont arrêtés sur une phrase : « Votre espérance ne repose pas sur vous-même, mais sur Jésus-Christ. » (Vers Jésus, p. 109). Cette phrase était exactement ce dont il avait besoin.

 

Des années plus tard, il a reçu une lettre d'un des garçons. « Je sais que vous n'étiez pas fier de vos actions ce jour-là en classe de menuiserie. Mais je veux que vous sachiez que votre exemple d'humilité et vos regrets, en vous excusant auprès de nous, m’a profondément touché. Maintenant que je suis père, j'ai dû demander à plusieurs reprises à mes enfants de me pardonner quand j'ai échoué, et grâce à votre exemple, j'ai pu devenir un meilleur père. »

 

« Nous sommes souvent amenés à nous prosterner et à pleurer aux pieds de Jésus suite à nos manquements et nos erreurs, mais ce n’est pas une raison pour nous laisser aller au découragement. Même si nous sommes vaincus par l'ennemi, nous ne sommes pas repoussés, délaissés ni rejetés par Dieu. Non ; Jésus-Christ est à la droite de Dieu, et il intercède en notre faveur. » (Vers Jésus, pp. 98,99).

 

Téléchargez ici tous les documents et affiches en un seul fichier ZIP.