Le Forum théologique cherche à reprendre l'importance du rôle du disciple

Mis à jour le 28.11.2018 à 17:24
Le Forum théologique cherche à reprendre l'importance du rôle du disciple

ADVENTIST INTERNATIONAL INSTITUTE OF ADVANCED STUDIES, ET ADVENTIST WORLD

 

Lors du 21ème Forum Théologique Annuel de l'AI.I.A.S, qui s'est tenu à l'Institut International Adventiste d'Études Avancées (A.I.I.A.S) à Silang, Cavite, Philippines, des chercheurs adventistes régionaux et internationaux ont abordé la question du discipulat et de la formation des disciples pour acquérir une meilleure compréhension de la commission de Jésus pour tous les croyants. L'événement a réuni près de 350 théologiens, pasteurs et administrateurs, du 8 au 10 novembre 2018.

 

« Le baptême n'est que le début »

 

G. T. Ng, secrétaire exécutif au siège de l'Église adventiste, a mis en garde contre le fait de faire du baptême le but ultime de ce que la Bible appelle la Grande Commission, l'appel de Jésus en Matthieu 28 à faire des disciples. « Le produit final de la Grande Commission n'est pas le baptême, mais le disciple. Le baptême n'est que le début de l'histoire », souligne Ng. « Après le baptême, l'enseignement continue jusqu'à ce que l'église devienne une église faisant des disciples. » Ng a exhorté les participants à faire du discipulat la caractéristique la plus forte de l'église.

 

En plus de Ng, les conférenciers invités comprenaient le directeur associé de l'Institut de recherche biblique Ekkehardt Mueller, le professeur Joseph Kidder de l'Université Andrews et le vice-président de la Division Asie-Pacifique Sud (SSD) pour : « Une Evangélisation d’Accueil et d’Intégration du missionnaire : Former, Faire des Disciple, Responsabiliser et Motiver ».

 

Tout au long des trois jours de l'événement, plusieurs présentations du forum ont souligné le besoin d'équilibrer les préoccupations quantitatives avec les contrôles qualitatifs qui aideront l'église à remplir la Grande Commission.

 

Le président du comité du forum, Remwil Tornalejo, a noté que la formation de disciples est un sujet pertinent dans le contexte de la croissance de l'église et de présence continuelle des membres de telle sorte qu’il reste au sein même de l’Eglise. En ayant des participants de différentes disciplines, a-t-il dit, tout le monde a une meilleure compréhension de ce sujet essentiel.

 

Selon le professeur d'études interculturelles et de missiologie de l'A.I.I.A.S Cristian Dumitrescu, « L'hypothèse que chacun sait ce qu'est le discipulat et comment il doit être fait n'est pas justifiée. »

 

Soulignant la participation encourageante à la conférence, M. Tornalejo a noté les réactions positives des participants des syndicats et des institutions du territoire de l'Asie du Sud-Pacifique (SSD), qui comprend les Philippines.

« À travers le forum théologique, l'A.I.I.A.S partage des aperçus bibliques, théologiques et pratiques sur ce qui est l'essence de l'existence de l'Eglise - pour accomplir la mission », dit-il. « Les participants peuvent engager un dialogue avec les présentateurs et les autres participants. Ainsi, ils pourront saisir la vision et la mission de l'Eglise et en faire part à leurs ministères respectifs. »

 

Commentaires des participants

 

Parmi les participants à la conférence, un consensus s'est dégagé sur la nécessité de remettre le discipulat au centre de la théologie et de la pratique adventiste. Les pasteurs et
les administrateurs présents aux réunions ont conclu que la perte de l'adhésion ne devait pas être imputée uniquement à ceux qui ont quitté l'église, mais aussi au désir de l'église d'atteindre ses objectifs baptismaux. La Grande Commission et d'autres messages de la Bible indiquent qu'une instruction soigneuse avant le baptême et une croissance continue après le baptême sont nécessaires, ont-ils dit.

 

Selon le doyen du séminaire de l'.A.I.I.A.S, Ricardo González, « Chacun dans l'église a un rôle pratique dans la Grande Commission. Le discipulat est une tâche confiée à l'Église adventiste, pour reproduire dans ce monde la vie, le message et le témoignage de Jésus. »

 

Les participants ont conclu à l'unanimité que des changements sont nécessaires dans la stratégie missionnaire globale pour améliorer l'efficacité et la fidélité à l'appel missionnaire de Dieu. « Nous avons également convenu de nous opposer aux méthodes non bibliques de discipulat et de nous rendre compte que les approches axées sur la croissance numérique ont un coût pour le royaume de Dieu », ont-ils dit.