Témoignage : Groupe de la colline

Mis à jour le 22.11.2018 à 17:23
Témoignage : Groupe de la colline

Bien difficile de se souvenir de l’année où ce groupe a commencé à rassembler les personnes désireuses de s’unir pour prier et étudier. Mais il est permanent depuis, au minimum, une 20e d’années. Au début, le site se trouvait au sommet de la Colline d’Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie). Puis, suite à un déménagement, il se retrouve en bas de cette même colline. C’est un groupe de foyer tout simple permettant à des personnes, souvent un peu timides, de partager en cercle restreint. Ces échanges se font généralement à partir de lectures, d’expériences de vie, de préoccupations au sujet de famille ou de connaissances. Une manière, également, de suivre de près les personnes pour lesquelles on prie et de remercier Dieu chaque fois que Son action devient concrète.

 

Les personnes participant au Groupe de la colline ont varié selon les époques. Quelques décès, hélas, mais aussi de nouvelles venues, même si le nombre reste modeste, 7 à 8 participants. C’est, aussi, la possibilité de partager, depuis des années, notre compréhension de la Bible avec une personne non adventiste. Elle dit combien cela lui fait du bien. Elle est convaincue que notre église correspond à son attente, même si elle suit « de loin » pour le moment… Cela nous semble important de poursuivre cet accompagnement et de lui permettre d’expérimenter l’Amour que Dieu nous engage à manifester. Assez seule dans la vie, elle apprécie de pouvoir retrouver une famille auprès de nous. Il est vrai que la création d’un tel groupe renforce les liens que nous pouvons déjà développer au sein de notre communauté. Étant en nombre restreint, c’est plus facile de se connaître, de se confier, de se « tenir les pouces… »

 

Un souvenir me revient à l’esprit. De retour d’un voyage à l’étranger, et très malade, j’ai pu « tester » la richesse des liens créés au fil du temps. Chacun des membres de notre groupe se relayait à mon chevet pour aider, d’une manière ou d’une autre, durant les semaines où je me trouvais en incapacité de fonctionner normalement. Bien sûr, le soutien pratique était précieux, mais ce que j’ai surtout retenu, c’est la qualité de la relation humaine et des liens tissés. En cercle restreint, il est plus facile de se rapprocher… C’est donc, déjà, un atout important pour l’église que nous fréquentons : créer des cellules bien soudées qui contribueront à souder la communauté dans son ensemble.

 

Comme vous le constatez, rien d’exceptionnel à raconter, mais des relations enrichissantes et une occasion supplémentaire, dans la semaine, de se retrouver à plusieurs auprès du Père. Après tant d’années, il semble qu’il soit important de rester ouverts à toute nouvelle possibilité, de se laisser guider et de faire confiance…
« Lorsque 2 ou 3 sont réunis en mon nom… »

 

Au nom de chacune et chacun… Dany Guenin (Publié par Samuel Dinsenmeyer)