Week-end de réveil avec Helmut Haubeil à Dammarie-les-Lys

Mis à jour le 30.10.2018 à 10:33
Week-end de réveil avec Helmut Haubeil à Dammarie-les-Lys

Du 14 au 16 septembre, l’Eglise de Dammarie a eu la joie de recevoir Helmut Haubeil, l’auteur de Pas à Pas vers un réveil spirituel.
Ses présentations ont fortifié et encouragé les 350 personnes présentes le sabbat matin.

 

Nous avons souhaité partager 2 témoignages de jeunes qui seront, nous l’espérons, un encouragement à rechercher davantage une communion avec le Saint-Esprit.

 

Laurent THAEDER, Responsable Evangélisation

 

Issu d’une famille adventiste, j’ai toujours baigné dans la religion. A l’âge de 13 ans, j’ai décidé de me faire baptiser. Cependant, ma vie spirituelle est restée monotone, ennuyante. Aucune flamme ne brillait en moi. Je ne cherchais pas à comprendre, pour moi c’était normal.
Dieu m’a donné l’opportunité de me rendre aux USA durant un an. Je n’allais là-bas que pour apprendre l’anglais et m’amuser. Un soir comme beaucoup d’autres soirs, j’étais à une fête. Mais ce soir-là, le Saint-Esprit m’appela et me dit « Maël, es-tu sûr d’être au bon endroit ? ». Je me suis figé sur place et me rendis chez moi perturbé.

 

De retour des USA, je souhaitais me rendre en Suède. Mais toutes les portes se fermèrent. J’étais au plus bas ne sachant pas quoi faire dans ma vie lorsqu’un jour un ami proche me tendit le livre « demeurez en Jésus » de Helmut Haubeil. Ma première pensée fût que cet ami me prenait de haut, mais je pris le livre en pensant « il est petit, je le lirais vite ». Le premier soir de lecture je ne pus m’arrêter. La fameuse voix était de retour. Soirs après soirs au fil de ma lecture, la flamme s’allumait enfin.

 

Plus je lisais et plus je comprenais l’erreur que je faisais. Celle du manque du Saint Esprit. En tant qu’adventistes, nous ne prenons pas le temps de vraiment demander le Saint Esprit. Or, ce n’est pas quelque chose d’acquis ou un contrat à vie. Il faut en renouveler la demande tous les jours. Après avoir lu le livre plusieurs fois je ne comprenais pas comment le changement s’opérerait. Dieu connaissait la réponse et sans m’en rendre compte, mon discours, mes opinions et mon attitude furent transformés. Jours après jours, les personnes de mon entourage me disaient que j’avais changé. Tout cela n’était que l’œuvre du Saint Esprit qui se reflétait à travers moi. Et d’un coup les portes au niveau professionnel s’ouvrirent en France. Pour moi c’était l’œuvre de Dieu, mais je restais toujours sur cette déception de la Suède. La flamme était toujours là mais ne brillait pas totalement.

 

Le frère Haubeil venant à Dammarie, je m’y rendis le vendredi soir, le samedi et après-midi… mais toujours aucune réponse. Comment raviver la flamme ? Le dimanche matin la réponse arriva le dernier jour. Mon problème résidait dans la soumission, non partielle mais totale à la volonté de Dieu. J’avais compris que la demande du Saint-Esprit se faisait constamment ; mais après l’avoir reçu, il fallait aussi se soumettre à sa volonté et délaisser le moi. Sans cette soumission totale, Dieu ne pouvait agir à travers nous comme le dit Matthieu 6:33. J’ai compris depuis que cette soumission est indispensable dans notre relation avec Dieu, la flamme ne fait que briller.
Maël

 

Je devais prendre mon train un vendredi à 14h afin de rejoindre ma famille dans le Sud de la France. Malheureusement une surcharge de travail inattendue m'obligea à reporter mon départ au lendemain. J'étais extrêmement déçu et en colère. C’est alors que je me souvins qu'une série de conférences débutait à l'église ce vendredi soir. J'y suis donc allé par dépit et sans attente particulière. J'écoutais attentivement le témoignage frère Haubeil et fus complètement bouleversé et touché par ses paroles, en particulier par la façon dont Dieu répondait à ses prières. Le soir en rentrant chez moi, je voulus également poser une question à Dieu et espérais entendre la réponse. Cette question était importante et concernait mon futur. Je reçus une réponse de Dieu après avoir prié. Une phrase résonnait sans s'arrêter dans ma tête. Cependant, ce n'était pas la réponse que je pensais recevoir. Je me disais en moi-même que c'était impossible. Mais cette phrase continuait de se répéter. Au bout d'un moment, je lâchais prise et l’acceptait en répondant simplement : "d’accord Seigneur, d’accord" et cette phrase s'arrêta de résonner en moi. Ce moment de prière restera gravé à jamais. Je suis persuadé que Dieu entend nos prières et ne répond pas toujours comme nous le voudrions, mais toujours pour notre bien. Pour lui rien n'est impossible et j'ai la certitude qu'il faut simplement et totalement lâcher prise. Nous soumettre à sa volonté. Nous laisser guider et conduire par notre créateur qui sait ce qui est le mieux pour nous hier, aujourd'hui et demain. Samuel