Des Adventistes aident à commémorer la Journée Nationale de la Liberté Religieuse en Colombie

Mis à jour le 27.09.2018 à 14:45
Des Adventistes aident à commémorer la Journée Nationale de la Liberté Religieuse en Colombie

Bogota, Colombie, Bettina Krause, directrice de la communication, Association Internationale de la Liberté Religieuse

 

Les Adventistes du Septième Jour responsables de la liberté religieuse ont été invités par le gouvernement colombien à aider à la célébration de la troisième Journée Nationale Annuelle de la Liberté Religieuse, qui a eu lieu le 4 juillet. Lors d’une rencontre qui s’est déroulée le matin à Casa La Giralda, le siège du Ministère de l’Intérieur colombien, Dr Ganoune Diop, directeur des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse pour l’Église Adventiste mondiale, s’est adressé à plus de 100 dirigeants religieux et politiques qui s’étaient réunis pour marquer l’occasion.

 

Vous avez l’opportunité de faire une contribution historique à la paix en reconnaissant la dignité humaine comme étant la fondation essentielle de la construction d’une coexistence pacifique, » a dit Dr Diop au groupe au sein duquel on comptait des Évangéliques, des Protestants, des Catholiques, des Musulmans, des Juifs, des Bouddhistes et des représentants d’autres dénominations.

 

Dans sa présentation, Ganoune Diop a reconnu que la Colombie fait face à d’extraordinaires défis après plus de cinq décennies de conflit civil armé – une lutte dévastatrice qui au fil des années à causé le déplacement de quelque 5 millions de personnes qui ont fui leurs maisons, et a provoqué la mort d’environ 220000 personnes, et pour laquelle, des générations de colombiens ont payé un lourd tribut économique et émotionnel.

 

Ganoune Diop a déclaré que les membres des groupes religieux ont maintenant un rôle vital à jouer dans le processus de paix et de réconciliation qui est en cours depuis l’accord de cessez-le-feu de 2016 entre le gouvernement et les groupes rebelles. Il a invité ceux qui l’écoutaient à aider à façonner une société qui reconnait chaque vie humaine comme étant sacrée et ayant une valeur donnée par Dieu qui est plus grande que celle des temples, des églises, des mosquées ou des textes religieux.

 

« C’est cela seulement, » a dit Ganoune Diop, « qui peut poser une fondation sûre pour un avenir inclusif et harmonieux en Colombie. »

 

Un peu plus tôt dans la journée, Dr Diop, accompagné de pasteur Gabriel Villareal, directeur des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse pour l’Église Adventiste en Colombie, ont pris part à un petit déjeuner spécial à l’attention des dirigeants religieux au Palais Présidentiel Palacio de Nariño, organisé par le président colombien, Juan Manuel Santos. Le président Santos qui a reçu le Prix Nobel en 2016 pour ses efforts menés en vue de terminer le conflit civil en Colombie, est également un ardent défenseur de la liberté religieuse. Ganoune Diop et Gabriel Villareal ont parlé avec le président Santos, le remerciant de son soutien constant auprès des minorités religieuses, manifesté par exemple avec la signature en 2016 d’un décret reconnaissant le 4 juillet comme la Journée Nationale de la Liberté Religieuse. Au cours de la decennie qui a conduit à ce décret historique, les Adventistes en Colombie ont aidé à construire une large coalition de leaders religieux dévoués à la promotion du principe de la liberté religieuse.

 

Dans l’après-midi du 4 juillet, Ganoune Diop a été l’intervenant principal d’un symposium international organisé par le Ministère de l’Intérieur de la Colombie et le maire de la capitale colombienne, Bogota. Plus de 200 personnes ont assisté à ce programme qui a exploré la contribution de la coopération interconfessionnelle au niveau du développement social.

 

En reconsidérant les différents programmes de la journée, Gabriel Villareal a indiqué qu’il était encouragé par le degré de soutien pour la liberté religieuse démontré par le gouvernement colombien. « L’Église Adventiste du Septième Jour en Colombie continuera de travailler avec les leaders religieux des différentes dénominations, avec les leaders politiques et les entités gouvernementales afin de s’assurer que le droit à la liberté religieuse est respecté pour chacun, partout et à tout moment, » a-t-il dit.

 

Remerciements spéciaux à Gabriel Villareal pour ses contributions à cet article.

 

traduction: Patrick Luciathe