Une étude établit un lien entre le trouble de déficit de l’attention et la dépendance aux jeux vidéo

Mis à jour le 27.09.2018 à 14:38
Une étude établit un lien entre le trouble de déficit de l?attention et la dépendance aux jeux vidéo

ANN/DIA

 

Une étude établit un lien entre le trouble de déficit de l’attention et la dépendance aux jeux vidéo.

Une étude menée par des chercheurs de l’Université de Loma Linda, une institution Adventiste du Septième Jour qui se trouve à Loma Linda, en Californie, aux États-Unis, a découvert qu’il y a un lien entre la sévérité du TDAH et la dépendance aux jeux vidéo.

 

L’étude menée par les chercheurs de l’École de Santé Comportementale de l’Université de Loma Linda a révélé que la sévérité du trouble de déficit de l’attention / hyperactivité (TDAH) est associée à la sévérité de la dépendance aux jeux vidéo.

L’étude intitulée « Dépendance aux veux vidéo, symptomatologie du TDAH et renforcement des jeux vidéo, » publiée le 6 juin 2018 dans le The

 

American Journal of Drug and Alcohol Abuse, (Journal Américain de la Toxicomanie et de l’Alcoolisme) a révélé que le risque de dépendance existait quel que soit le type de jeu vidéo auquel l’individu s’adonne ou qu’il préfère.

 

« Ce résultat est cohérent avec notre hypothèse et avec des recherches antérieures, qui suggèrent que les personnes ayant une plus grande sévérité des symptômes du TDAH sont peut-être ceux qui ont le plus de risque de développer des habitudes de jeu problématiques, » a indiqué Holly E.R. Morrell, professeure adjointe à l’École de Santé Comportementale de l’Université de Loma Linda et principale enquêtrice de l’étude.

 

L’étude a été publiée quelques jours après que le jeu vidéo obsessionnel ait été reconnu comme un problème de santé publique international. L’Organisation Mondiale de la Santé a ajouté le « trouble du jeu » à sa 11ème édition de sa Classification Internationale des Maladies, publiée le 18 juin.

 

Holly Morrell a déclaré que de précédentes recherches ont estimé que jusqu’à 23 pourcent des personnes qui jouent à des jeux vidéo signalent des symptômes d’addiction, ce qui peut déboucher sur des effets négatifs pour la santé, le bien-être, le sommeil, la scolarité et les relations sociales.

 

Dans l’étude de l’Université de Loma Linda, le nombre d’heures passées à jouer à des jeux vidéo était associé à la gravité de la dépendance. L’âge n’était pas un facteur. De plus, les hommes ont indiqué une plus grande sévérité de la dépendance que les femmes. Holly Morrell et son équipe ont testé près de 3000 joueurs de jeux vidéo âgés de 18 à 57 ans dans le cadre de l’étude.

 

Holly Morrell est une experte dans le domaine de l’addiction. En mai, elle a publié une étude dans Cyberpsychology, Behavior, and Social Networking, (Cyberpsychologie, Comportement et l’Utilisation des Réseaux Sociaux) dans laquelle elle et les autres auteurs ont décrit quelques-uns des risques associés à la dépendance aux jeux vidéo, tels que les problèmes de santé physique et mentale, ainsi que des problèmes dans le fonctionnement social et professionnel.

 

Traduction: Patrick Luciathe