Papeete, Tahiti, Polynésie française – Retour aux sources de tous les chrétiens de Polynésie

Mis à jour le 21.09.2011 à 08:34
Papeete, Tahiti, Polynésie française ? Retour aux sources de tous les chrétiens de Polynésie
Pour le président de l’Union des Églises issues de la Réforme protestante en Polynésie française (UEOIRPF), le pasteur Matahi Hiro, l’événement le 22 septembre est une date importante pour tous les chrétiens de la Polynésie française.

« Depuis le 5 mars 1797 », explique-t-il, « c’est le rassemblement des Églises dans toute notre histoire. » « Pourquoi le 22 ? “2 et 2 font quatre », précise le pasteur Matahi Hiro. « Les quatre coins du monde. Il y a toujours le chiffre quatre. Et sur le plan théologique, le père, le fils, le Saint Esprit et toi font quatre. Donc, pour nous, la date du 22 septembre sera une date mémorable. Dorénavant, cette date sera le rassemblement de toute la chrétienneté dans notre pays. L’organisation va même plus loin en adressant une demande officielle aux instances de l’État pour que le “22 septembre” soit inscrit comme jour férié. »

Le culte sera prononcé par le pasteur. Des invités officiels prendront également la parole, comme Mareva Arnaud, présidente de la Communauté du Christ plus connu sous le nom des Sanito, le pasteur Roger Tetuanui, président de l’Église adventiste de Polynésie, et Monseigneur Hubert Coppenrath.
Toutes les confessions religieuses du Pays (adventiste, sanito, mormone, catholique, protestante, les témoins de Jéhovah, Bahai, etc.) ont été invitées. Chacune aura un temps de parole de 5 mn.

Pourquoi ce rassemblement ? « Nous voulons revenir à la base. L’union veut travailler avec l’unique Dieu, Jehovah, Sabot, Adonaï, et sur la même bannière, Père, Fils et Saint-Esprit. C’est la même explication que la Bible nous donne. Nous apercevons aujourd’hui, à partir du moment où on a dit Église protestante ma’ohi, il y a une sorte d’appartenance à une seule nation », explique le pasteur Matahi Hiro en rajoutant : « Deuxièmement, nous nous sommes levés pour éclaircir tout ça. L’eau de coco n’est pas dans la Bible, le Tumu Nui n’est pas dans la bible, ni même le Tarahu », en faisant référence à des aspects régionaux particuliers.

En clair, l’UEOIRPF souhaite rappeler ce principe au peuple polynésien protestant. « Ils ne savent plus où aller à cause de ces différents changements », rappelle le pasteur et poursuit : « Ce n’est pas nous qui sommes sortis de la base, c’est l’EPM (Eglise protestante Mahori) ».

Source : Dépêche de Tahiti/BIA