Silver Spring, États-Unis - Une définition plus précise pour la croyance fondamentale adventiste sur la création

Mis à jour le 08.06.2011 à 10:47
Silver Spring, États-Unis - Une définition plus précise pour la croyance fondamentale adventiste sur la création
Les membres du Comité de révision des croyances fondamentales nouvellement formé de l'Église adventiste du septième jour sont sensés se retrouver au mois de juin, prochaine étape d'un processus de cinq ans, pour clarifier la compréhension biblique du récit des origines.

L'année dernière, à Atlanta, les délégués de 59ème session de la Conférence Générale ont voté de réaffirmer la croyance de l'Église en une « création récente et littérale en six jours ». Le vote entérinait formellement un document ébauché en 2004 lors du Colloque International de la Foi et de la Science et confirmé plus tard cette année par la rencontre administrative du Conseil annuel de l'Église. Ce changement abordait les questions que se posent certains adventistes au sujet de l'interprétation de la croyance fondamentale numéro 6 de la dénomination.
La déclaration de réaffirmation de la création spécifie que les sept jours du récit de la création du livre biblique de la Genèse sont « des jours littéraux de 24 heures » et qualifie la création de « récente » alors qu'on lit dans la croyance fondamentale actuelle : « en six jours le Seigneur a fait 'le ciel et la terre'... et il s'est reposé le septième jour de cette première semaine ».
Parce que l'Église adventiste ne peut pas avoir deux déclarations officielles sur la même croyance, les délégués de la session ont également voté d'accorder à l'administration dirigeante de l'Église ce que le vice-président général de l'Église mondiale Artur Stele a appelé un « mandat » pour combiner les deux déclarations et tenter d'en faire une seule et même croyance fondamentale.

Ce changement est également susceptible de mettre fin à ce que certains adventistes affirment, à savoir qu'il existe une porte de sortie interprétative qui permettrait hypothétiquement à l'évolution théiste d'expliquer le récit des origines de la Genèse, a dit Angel Rodriguez, directeur de l'Institut de Recherche Biblique.
L'évolution théiste suppose que l'évolution serait le processus naturel de la création supervisé par Dieu et qu'il cherche à rendre le récit biblique de la création compatible avec l'évolution naturelle.
« En tant qu'Église adventiste, nous croyons fermement que le Seigneur est notre Créateur. Si vous enlevez ou même si vous transigez cela, il y a un effet sur les autres croyances car c'est une croyance fondamentale » a expliqué A. Stele.

Parce que l'évolution théiste considère que chaque journée de création est une époque, de nombreux adventistes craignent que la théorie menace une autre croyance centrale de l'Église : l'observation du sabbat-septième jour comme célébration de la semaine de la création.
Le préambule des 28 croyances fondamentales de l'Église demande une révision alors que la compréhension de la vérité de l'Église se développe.
« Nous déclarons 'voilà comment nous comprenons les Écritures', mais nous déclarons aussi que si nous trouvons une meilleure formulation ou une meilleure tournure de phrase (ou si notre compréhension s'élargit), nous serons alors ouverts au changement » a expliqué A. Stele. « Nous n'avons pas de doctrines immuables et fixes comme en ont certaines dénominations ».

(…)

Deux ans avant la session de la Conférence Générale de 1980 qui s'était tenue à Dallas au Texas, quelques administrateurs à la Conférence Générale ont écrit une ébauche préliminaire de ce qui allait devenir 'les croyances fondamentales'. Juste après, des intellectuels et des théologiens du séminaire de théologie adventiste du septième jour à Berrien Springs dans le Michigan ont participé à la réécriture des croyances, lançant un processus de révision impliquant des universitaires, des administrateurs et des membres laïcs.

Le fruit de cette démarche a été un set de croyances qui résumait et codifiait les principes clés basés sur la Bible, principes universellement adoptés par l'Église.
« Une des raisons majeures qui a fait que nous avons pu trouver une large approbation parmi les adventistes du monde entier, c'est que les croyances fondamentales restent très proches de la formulation des Écritures. Ils citent les Écritures directement ou la paraphrasent » a dit Bill Johnson qui faisait partie du groupe des intellectuels et des théologiens du séminaire qui avaient la tâche de réécrire l'ébauche préliminaire.

Comment une croyance est modifiée

Les croyances fondamentales ont tout d'abord été modifiées formellement pour s'adapter à la croyance 'croître en Christ' votée en 2005 à la 58ème session de la Conférence Générale. Lors de cette session, les administrateurs de l'Église ont également voté d'adopter un protocole pour guider tout autre changement apporté aux croyances fondamentales.
Les suggestions de changements à apporter aux croyances de l'Église doivent être enracinées, dit le protocole, dans un « intérêt important » pour le « bien-être de l'Église mondiale, de son message et de sa mission » tout en étant basées sur la Bible et « avisées » par les écrits de la co-fondatrice de l'Église Ellen G. White.

Une suggestion peut venir aussi bien du champ mondial que de la Conférence Générale. Dans ce cas, le président de l'Église adventiste mondiale nouvellement élu Ted N. C. Wilson a appelé à la révision de la croyance de l'Église sur la création pour répondre aux challenges de l'interprétation des origines de l'Église.
Le protocole déclare qu'une fois qu'une révision est reçue, la Conférence Générale devrait créer un comité ad hoc pour « coordonner le processus de révision », tout comme cela est fait cette fois-ci avec le comité de révision des croyances fondamentales co-présidé par A. Stele et A.M. Rodriguez.

Dans les prochains mois, A. Stele et A.M. Rodriguez vont ébaucher la première révision de la croyance fondamentale numéro 6, accompagnés de Bill Knott, rédacteur en chef et éditeur de l'Adventist Review et du directeur adjoint de BRI Gerhard Pfandl.
Les administrateurs de l'Église, les théologiens, les intellectuels et les membres d'église locaux, tous vont revoir l'ébauche suggérée alors qu'elle circule dans les rencontres administratives de l'Église à la Conférence Générale et dans chacune des treize Divisions mondiales de l'Église. Plus tard, afin de solliciter un feedback de la part des membres dans le monde entier, l'ébauche apparaîtra en ligne et dans l'Adventist Review qui a publié historiquement les croyances de l'Église à mesure qu'elles évoluaient avec les années.
« Nous souhaitons rendre cette ébauche accessible au plus grand nombre » a dit A.M. Rodriguez. « Le comité va mettre en place des critères pour évaluer les suggestions, en essayant d'être aussi objectif que possible ».
Finalement, le Conseil annuel de l'Église votera d'ajouter ou non la révision à l'ordre du jour de la session de la Conférence Générale de 2015 à San Antonio au Texas où aura lieu un vote final.

Source : ANN/BIA