Ouganda, Un adventiste parmi les dirigeants religieux africains appelle à des élections libres et équitables.

Mis à jour le 25.01.2011 à 11:14
Ouganda, Un adventiste parmi les dirigeants religieux africains appelle à des élections libres et équitables.
La semaine du 10 janvier, le dirigeant de l'Église adventiste du septième jour en Ouganda a rejoint les représentants des autres confessions religieuses présentes dans le pays ainsi que les dirigeants de l'Union Européenne pour inciter à des élections « libres, équitables et pacifiques » en Afrique Centrale au mois de février.

L'évènement s'inscrit dans une série de rencontres similaires entre la commission électorale du pays, les candidats à la présidentielle et les membres de la communauté internationale. Ces réunions ont pour but de protéger l'Ouganda d'une élection potentiellement assaillie par la fraude et suivie d'une agitation politique.
Ces dernières années, la violence dans le sillage d'élections contestées a tourmenté plusieurs pays attenants.

« Nous ne souhaitons pas que ce qui est arrivé au Kenya ou ce qui arrive en Côte d'Ivoire se passe ici aussi » a affirmé Joshua Kitakule, secrétaire général du conseil interreligieux de l'Ouganda, à AllAfrica news_old.

Les rapports montrent qu'une élection présidentielle contestée en Côte d'Ivoire pourrait plonger le pays dans une guerre civile. Au moins 25 000 ivoiriens ont déjà fui au Libéria, pays voisin, craignant une possible violence, a rapporté l'Associated Press de la semaine du 10 janvier.
Les kenyans ont subi une violence et une agitation généralisées depuis les élections contestées de 2007 qui paralysent l'économie du pays et mettent le feu aux tensions ethniques.

« Nous espérons et prions pour que nos efforts, accompagnés des efforts de nombreuses autres personnes, amènent la paix en Ouganda » a affirmé John Kakembo, président de l'Église adventiste en Ouganda.
La nation de 33,4 millions de personnes compte quelques 200 000 adventistes.

J. Kakembo a précisé que les réunions avec les candidats à la présidentielle, qui ont mis l'accent sur la préservation de la crédibilité du processus électoral et sur la couverture du vote par les médias, entre autres sujets, ont été en grande partie bien acceptées.
Bien que « très réceptifs » aux efforts du Conseil, les individus et groupes que nous avons rencontrés ont exprimé de la frustration sur ce qu'ils ont perçu comme un système électoral fondamentalement imparfait, a dit J. Kakembo.

Le Conseil projette de sécuriser les rencontres entre les chefs des agences de sécurité de l'Ouganda et le président qui sera prochainement en fonction. Les membres du Conseil se sont également retrouvés pour une séance de prière parlementaire.
J. Kakembo cherche, avec d'autres dirigeants de l'Église dans les pays africains, à apporter de l'équité au processus électoral. Récemment, lorsque les élections programmées le samedi ont menacé de marginaliser la communauté adventiste en Zambie, les dirigeants de l'Église là-bas, notamment un membre du parlement adventiste, ont joué un rôle déterminant pour changer le jour de vote.
Les adventistes au Nigéria espèrent que leurs efforts seront également couronnés de succès. Là-bas, l'Église adventiste est dans l'expectative d'engager des poursuites judiciaires, à moins que le gouvernement soit d'accord de ne pas organiser les élections générales de 2011 un samedi, a dit Bassey Udoh, secrétaire de l'église là-bas, à Vangaurd news_old. D'après le rapport, les adventistes ont été exclus des élections depuis plusieurs cycles électoraux.
Faisant allusion aux contributions adventistes envers la société nigérienne dans les domaines de l'éducation et de la santé, B. Udoh a dit que les 270 000 adventistes du pays sont des citoyens de valeur qui « ne devraient pas être privés du droit électoral ».

Source : ANN/BIA