Silver Spring, Maryland, États-Unis – Les luthériens demandent pardon aux mennonites pour les persécutions des anabaptistes du 16e siècle

Mis à jour le 28.07.2010 à 12:28
Silver Spring, Maryland, États-Unis ? Les luthériens demandent pardon aux mennonites pour les persécutions des anabaptistes du 16e siècle
Réunis en Allemagne pour leur assemblée mondiale, les luthériens ont demandé pardon pour les persécutions subies au 16e siècle par les anabaptistes, adeptes de la Réforme dont les descendants actuels comprennent les mennonites.

Un avocat a officiellement présenté ses excuses pour la persécution des anabaptistes du 16e siècle, ces réformateurs religieux dont les descendants sont les mennonites et dont les croyances ont profondément influencé les fondateurs de l’Église adventiste du septième jour.

Le 22 juillet, au cours d’un service de repentance, le Conseil de la Fédération luthérienne mondiale (FLM) a voté à l'unanimité en faveur de ces excuses officielles, qui exprime sa « tristesse et ses profonds regrets » pour les persécutions passées et le pardon des demandes de Dieu et la famille anabaptiste.

« Nous nous souvenons des souffrances et des persécutions endurées par les chrétiens anabaptistes et nous nous souvenons aussi que quelques-uns de nos plus éminents réformateurs ont justifié ces persécutions au nom de la foi », a déclaré l'évêque Mark Hanson, président de la Fédération luthérienne mondiale, au cours d'un culte de repentance auquel participait aussi une délégation mennonite.

Dans une préface de la récente édition du « Lutheran World Information », le président Mark S. Hanson a déclaré que la repentance de l'Église fait partie du « ministère de la réconciliation », les chrétiens sont appelés les « ambassadeurs du Christ ».

Les anabaptistes, dont le nom péjoratif à l’origine signifiait « baptiser de nouveau », insistaient sur la nécessité de baptiser tous les fidèles, y compris ceux qui avaient reçu le baptême dans leur enfance. Persécutés tant par les catholiques que par les protestants qui les considéraient comme des hérétiques, ils furent très nombreux à s’enfuir en Amérique.
Les anabaptistes ont également été premiers défenseurs de la séparation de l'Église et l'État, de la liberté religieuse et de la justification par la foi. Face à la persécution des protestants et des catholiques en Europe dans les années 1500, ils ont trouvé du réconfort en se réfugiant en Amérique.

Le service de la repentance, qui s'est tenue à Stuttgart, en Allemagne, est venu après trente années de dialogue et d’efforts de réconciliation à partir de 1980, à l’occasion du 450e anniversaire de la Confession d'Augsbourg, texte fondateur définissant la doctrine luthérienne. À l'époque, les représentants mennonites ont demandé comment ils pouvaient honorer un tel document qui condamne explicitement la doctrine anabaptiste, donc mennonite.

De nos jours, les successeurs des anabaptistes sont représentés par des groupes comme les amish, les huttérites et les mennonites.

La Fédération luthérienne mondiale rassemble 70 millions de chrétiens dans le monde tandis que la Conférence mennonite mondiale compte environ 1,6 million de membres, la plupart en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

Durant les années 1990, les luthériens ont également ouvert le dialogue avec l'Église adventiste, avec les deux confessions cherchent à reconnaître leur patrimoine commun et celui de la Réforme afin de parvenir à une meilleure compréhension mutuelle et de respect de leurs différences doctrinales.
Les 1994 à 1998 ces négociations ont abouti à une « communion spirituelle profonde », selon un livre de rapports sur les conversations publiées en l’an 2000 par l’Église adventiste du septième jour et l’Église luthérienne.

Dans des commentaires pendant le service de la repentance, John Graz, directeur du département de l'Église adventiste des affaires publiques et la liberté religieuse, a félicité les luthériens pour afficher le « courage » de cette repentance.

« Comme adventistes, nous avons également nos racines dans le mouvement anabaptiste, et nous apprécions beaucoup votre honnêteté et votre sincérité », a déclaré John Graz devant environ 600 membres du Conseil responsable de la gestion de la Fédération luthérienne mondiale entre ses assemblées de six ans.

Source : ANN/ENI/BIA