Paris, France – 15 000 personnes à la fête du protestantisme à Strasbourg

Mis à jour le 09.11.2009 à 18:58
Paris, France ? 15 000 personnes à la fête du protestantisme à Strasbourg
Pour la première fois de leur histoire, les protestants français ont décidé de célébrer non seulement la fête de la Réformation et le 500è anniversaire de la naissance de Jean Calvin, mais aussi la vitalité de leurs églises, dans un témoignage commun de foi et de solidarité.

Le rassemblement national « Protestants en fête », organisé à Strasbourg du 30 octobre au 2 novembre par la Fédération protestante de France (FPF), a rencontré un incontestable succès populaire, drainant près de 15 000 personnes venues de toute la France et représentant toutes les sensibilités du protestantisme.

Ouverture de la manifestation
Le professeur Jean-François Collange, président de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine souhaita une fraternelle bienvenue aux personnalités présentes dès le vendredi soir à l’église Saint Thomas de Strasbourg. Différentes interventions se sont succédées (Roland Ries, Maire de Strasbourg, Gérard Larcher, Président du Sénat...).

Dans son discours de bienvenue, le pasteur Claude Baty, président de la FPF, a souligné la « diversité du protestantisme, constitué aussi bien de vieux huguenots que d’évangéliques sans racines et de nouveaux convertis. »
Il affirma « Ce premier rassemblement n’est pas le fruit du hasard, il a certes fallu une décision du Conseil de la Fédération protestante de France, l’accueil des Églises de Strasbourg, puis la mise en route d’une formidable équipe de préparation ; mais au-delà de ces données visibles, d’une manière qui nous échappe, il se fait que notre invitation a rencontré un excellent accueil de la population protestante. Nous l’espérions, sans cela nous n’aurions rien entrepris, mais nous ne l’avions pas calculé, ni maîtrisé. Cela indique que le protestantisme a changé et qu’il est plus apte qu’il y a peu à se rassembler pour des missions communes ».

Le protestantisme français a-t-il réussi sa véritable visibilité en permettant à la variété des différentes familles de se rencontrer ? Certainement. Le programme a favorisé plus de 100 activités variées (études bibliques, conférences, études bibliques, expositions, pièces de théâtre, concerts, animations de jeunes, etc.).
Au cœur de la ville de Strasbourg, et sur différentes places se tenaient des chapiteaux avec des stands expositions permettant ainsi de rencontrer et de dialoguer avec un nombreux public. Les églises locales luthériennes, réformées, méthodistes et autres se sont ouvertes au public nombreux en proposant des conférences-débats, des présentations de livres, etc.

C’est la place Kléber de Strasbourg avec le Village de la solidarité internationale qui a été le plus fréquenté par le public. Il regroupait une diversité d’œuvres et d’associations protestantes spécialisées dans les domaines de l’humanitaire, du social, et de la défense des droits de l’homme et de la liberté religieuse.

Présence adventiste
L’Église adventiste du septième jour a participé à cette manifestation du fait qu’elle est membre de la Fédération protestante de France (FPF) et que l’UFB se sent partie prenante du protestantisme français.
Ainsi l’association ADRA-France avait un stand d’exposition et le département santé de l’UFB de disposait d’une salle à l’église du Temple-Neuf pour son expo-santé. La rédactrice de la revue « Signes des temps » pouvait avoir un support de présentation au niveau du chapiteau média.
Au village de la solidarité internationale, sur la place Kléber de la ville de Strasbourg, La section française de l’Association internationale pour la défense de la liberté religieuse (AIDLR) disposait d’un stand et a tenu deux conférences publiques sur « la liberté religieuse dans le monde » tenu conjointement par Maurice Verfaillie et par Michel Varton, directeur de l’association « Portes ouvertes ».

Il a été distribué 500 revues « Conscience et Liberté » et 500 bulletins « Liberté » au stand de l’AIDLR. De nombreux contacts et de demandes d’informations sur la liberté religieuse furent des occasions à saisir par Régine Vantrimpont et Jean-Paul Barquon.

Le département santé a pu présenter un parcours de prévention de 8 stands expo-santé avec différents tests sous la conduite de professionnels de santé sous la conduite du Docteur Gentiane Breuil.
Le magazine Réforme a présenté dans son numéro du 22 octobre 2009 un reportage sur l’Église adventiste intitulée « Des chrétiens zélés pour la Loi et le sabbat » et le site internet de la revue Réforme a mis en ligne sur internet un interview de Jean-Paul Barquon, secrétaire général de l’UFB.

Le rassemblement au Zénith Europe
Le samedi soir « Protestants en fête » a rassemblé à la périphérie de Strasbourg, au Zénith Europe, un concert de quatre heures avec une variété de genres musicaux afin de satisfaire la diversité des générations et des familles spirituelles.
Mais c’est le dimanche matin que le point culminant de cette grande manifestation a rassemblé 9 500 personnes au Zénith en refoulant les autres personnes obligées de se rendre au Palais des congrès de Strasbourg pour suivre sur grand écran cette retransmission en direct de cette cérémonie du Zénith. Près de 15 000 personnes ont ainsi pu participer et suivre le service cultuel de ce grand rassemblement national.

Une chorale de 1 000 personnes animait la cérémonie à la liturgie plutôt classique, même si l’endroit et la foule donnait à la FPF.
Accueillie par les églises locales d’Alsace, Le service du culte fut assuré par les pasteurs Majagira Bulangalire, et Claude Baty et la Major Danièle César de l’Armée du salut.
L’offrande était destinée à l’Alliance biblique française et à la solidarité protestante en faveur de ses activités pour Haïti.

A la fin du culte, le pasteur Claude Baty a annoncé que la deuxième édition de Protestants en fête aurait lieu en 2013. Les protestants de Montpellier et de Lyon ont d’ores et déjà été sollicités pour accueillir la manifestation.

« C’est l’unité des protestants, plus que du protestantisme, qui s’est manifestée à Strasbourg », a déclaré le sociologue des religions Jean-Paul Willaime à la correspondante du service de presse œcuménique ENI. « Cela n’efface pas les divergences fortes qui subsistent. »

De son côté, le sociologue et historien Sébastien Fath a souligné que le rassemblement de Strasbourg avait brisé « un certain nombre de clichés vermoulus à propos du protestantisme », notamment son austérité, son élitisme et ses divisions.

L’ombre au tableau vient de l’absence remarquée de ministres du gouvernement. « ll est surprenant qu’aucun représentant de l’État n’ait pu se libérer », a déclaré, lors d’une conférence de presse, le pasteur Baty, déplorant un manque "d’équité" entre les cultes. Récemment, le Premier ministre François Fillon a en effet rencontré le pape Benoît XVI à Rome. Quand à l’absence du Ministre de l’intérieur qui est aussi ministre français des cultes, reste surprenante pour une manifestation d’une telle ampleur dans le paysage religieux français.

Source : ENI/FPF/BIA