Washington DC, Etats-Unis - C'est devant le Congrès que le représentant de l'Eglise adventiste fait la promotion de la liberté sur le lieu de travail

Mis à jour le 15.02.2008 à 21:21
Washington DC, Etats-Unis - C'est devant le Congrès que le représentant de l'Eglise adventiste fait la promotion de la liberté sur le lieu de travail
Le 12 février, le représentant de l'Eglise adventiste du septième jour aux affaires législatives, James D. Standish, s'est joint à d'autres personnes pour témoigner devant une audience du Congrès américain. Le but était de pousser les législateurs à rendre crédible la loi sur la liberté religieuse sur le lieu de travail, une législation récente.

« Les américains n'admettent pas la bigoterie dans nos médias, nos écoles ou au gouvernement, et bien-sûr, nous ne devrions pas accepter la bigoterie des croyants sur leur lieu de travail ». Voilà ce que J. Standish a écrit dans une lettre que les citoyens peuvent envoyer à leurs représentants au Congrès.

J. Standish dit que la loi a été présentée au Congrès pour la première fois il y a 10 ans. Elle recueille maintenant un large soutien de la part des deux chambres du Congrès américain. Si elle est votée, elle protègera et étendra les droits qui ont été introduits pour la première fois il y a 40 ans, lorsque le Congrès vota une loi pour la liberté religieuse sur le lieu de travail sous l'égide de la loi des droits civils américains.

D'après la Commission américaine de l’égalité des chances dans l’emploi, les plaintes pour discrimination religieuse ont augmenté de 83 % entre 1992 et 2006, alors que les autres plaintes pour discrimination (discrimination raciale, au sexe et à l'âge) sont toutes restées stables ou ont baissé.

Pour expliquer cette augmentation, J. Standish et d'autres dirigeants religieux mettent en cause une interprétation étroite de la législation existante en matière de liberté sur le lieu de travail. « Lorsque le Congrès a œuvré pour donner des droits à de nombreux groupes sur le lieu de travail, il a laissé les pratiquants du sabbat et les autres croyants loin derrière ».

J. Standish ajoute qu'on ne devrait pas demander aux employés de choisir entre l'exercice de leur foi respective et des conditions de travail épanouissantes. « Les employeurs requièrent du bon sens pour montrer qu'ils ont une bonne raison de refuser de laisser le sabbat de congé avant de licencier un croyant ».

Les citoyens américains peuvent cliquer ici pour demander à leurs sénateurs et représentants à la Chambre des représentants de soutenir la liberté sur le lieu de travail.

Source : ANN/BIA
türk porno izle,sex izle,ankara escort,ankara escort,rus porno,pendik escort,
ankara escort,ankara escort,ankara escort,ankara escort,rus porno,
Web Tasarımı,