Silver Spring, Maryland, Etats-Unis - Selon une étude, avoir un mode de vie sain permet de réduire le risque de cancer

Mis à jour le 08.11.2007 à 21:54
Silver Spring, Maryland, Etats-Unis - Selon une étude, avoir un mode de vie sain permet de réduire le risque de cancer
Un rapport sur le lien existant entre le cancer et le régime alimentaire, et entre l'activité physique et le poids, démontre avec évidence qu'un mode de vie sain combat la maladie.

Dans une analyse faite à partir de 7000 études, des scientifiques donnent une liste de dix recommandations pour éviter le cancer. Parmi ces recommandations, on trouve le maintien d'un poids correct et une consommation limitée de viande rouge et d'alcool.

Les chercheurs disent que le rapport publié le 31 octobre par le Fonds Mondial de Recherche contre le Cancer est la plus grande collecte de données jamais faite sur le sujet.

Les autres recommandations incluent la pratique d'une activité physique appropriée, une alimentation riche en légumes, fruits et céréales, une consommation limitée d'aliments salés et industriels et la tendance à éviter les boissons sucrées. L'étude dit aussi qu'il « est dorénavant plus évident que l'alcool est une cause de cancer ».

Martin Wiseman, directeur du projet, a déclaré dans un communiqué de presse : « Ce rapport est une véritable étape dans la lutte contre le cancer, parce que ces recommandations représentent le conseil le plus définitif qui n'a jamais été disponible de cette façon dans le monde, en matière de prévention du cancer ».

Les dirigeants de l'Eglise adventiste disent que l'accent qui est mis sur un mode de vie sain et sur l'hommage à la vie rendu par la dénomination protestante internationale, est maintenant soutenu par l'évidence.

Le docteur Allan Handysides, directeur des ministères de la santé à la Conférence Générale, affirme : « Cela prouve le bien-fondé de ce que nous, les adventistes, nous disons dans notre message sur la santé ».

Les principes de santé de l'Eglise adventiste sont fondés sur les enseignements de la co-pionnière de l'Eglise, Ellen G. White, qui a écrit il y a plus de cent ans sur le sujet.

A. Handysides fait remarquer que les réactions à ce nouveau rapport sont variées.

« La réaction devant une quantité de données aussi importante, est similaire à la réaction dont a fait l'objet la première publication de données sur le tabac ». A. Handysides fait référence aux réactions de l'industrie alimentaire et à d'autres critiques.

« Pour traiter ces nouvelles avec un esprit franc et équilibré, il faut de l'intégrité » ajoute A. Handysides. Il recommande aux membres d'Eglise d'avoir cette attitude-là.

« Les fondements de notre végétarisme sont la poursuite de la santé et non la poursuite du programme de qui que ce soit, si ce n'est le nôtre ».
Trish Guy, directeur d'une société adventiste australienne (Sanitarium Nutrition Service) a accueilli avec enthousiasme le rapport et ses recommandations.

Il affirme : « Dans notre pays, les maladies chroniques telles que le cancer, les maladies cardiaques, le diabète, l'hypertension et l'obésité touchent de plus en plus de personnes. Des études ont montré que les australiens ne mangent pas assez de fruits et légumes ».

Le rapport actuel de WCRF est le fruit de cinq années de recherche. Le Fonds Mondial de Recherche contre le Cancer a été fondé en 1982 pour faire de la recherche et susciter une prise de conscience du lien qui existe entre le style de vie qu'on choisit et les cancers qui peuvent être évités.

Source : ANN/BIA