Le concile annuel 2019 d’ADRA s’oriente vers la croissance et adopte un nouvel objectif

Mis à jour le 03.04.2019 à 14:55
Le concile annuel 2019 d?ADRA s?oriente vers la croissance et adopte un nouvel objectif

mars 2019 | Sweimeh, Jordanie | Kimi Roux-James, ADRA International News / DIA

 

Chaque année, l’Agence de Développement et de Secours Adventiste (ADRA) anime deux semaines de séances de groupe de travail réunissant environ 200 membres du personnel venus de ses 131 bureaux nationaux.

 

L’assemblée annuelle des directeurs et des directeurs adjoints d’ADRA a eu lieu à Sweimeh, en Jordanie, en février 2019, pour discuter des domaines d’amélioration dans divers aspects dont la finance, le développement, les partenariats, les programmes et le marketing, et pour examiner comment ADRA peut répondre de manière pertinente aux besoins d’une société en constante évolution.

 

Mobiliser des Leaders Efficaces

 

Un sommet sur le leadership a permis de débuter les rencontres, introduisant trois axes de réflexion que les dirigeants d’ADRA pourraient prendre en compte dans l’année à venir, à savoir faire la clarté, générer de l’énergie et prospérer.

 

« En faisant la clarté, on pose la question du ‘pourquoi’ de notre existence en tant qu’organisation et on contribue à nous aider à nous concentrer sur la réalisation de notre mission, » a déclaré Korey Dowling, vice-présidente en charge des populations et de la culture à ADRA. « Une fois la clarté acquise, nous générons de l’énergie en nous demandant ‘comment’ nous pouvons encourager une culture organisationnelle et créer un engagement des employés. Enfin, nous produisons une culture florissante de leaders en développant des gens personnellement, professionnellement et spirituellement. »

 

Les participants ont également pu prendre part à un éventail d’ateliers et de classes plénières. Des experts et spécialistes de premier plan ont abordé des thèmes tels que la spiritualité, le leadership influent, les relations avec les employés, la diversité, l’éthique professionnelle et le mentorat pour ne citer que ceux-là.

 

Karla Cole, directrice des dons annuels à ADRA, a assisté à un atelier créatif axé sur la narration, avec pour intervenant, Bill Knott, rédacteur en chef des magazines Adventist Review et Adventist World. « J’ai trouvé que l’atelier sur la narration était un moyen unique d’inspirer notre stratégie de collecte de fonds, » a-t-elle déclaré.

 

« Raconter des histoires est autant ce que dit le narrateur, que ce que l’auditeur entend, » a dit Bill Knott lors de son atelier de narration. « Une histoire peut être intériorisée par l’auditeur qui se l’approprie et est transformé par elle. » Il a ajouté que chaque culture utilise des histoires et que les histoires ont le pouvoir de laisser Dieu parler à chaque individu et à son histoire personnelle.

 

« Ces ateliers m’ont vraiment aidé à voir les possibilités que je peux retenir pour les appliquer dans notre bureau national, » a déclaré Prisca Chileya, coordinatrice adjointe de la gestion des situations d’urgence à ADRA au Kenya. « Je n’avais jamais été exposée à ces informations auparavant, et cela m’a aidé à réfléchir différemment sur la façon de fonctionner. Maintenant, j’ai vraiment beaucoup d’idées qui me traversent la tête à propos de ce que nous pouvons faire pour aider les écolières et l’environnement. »

 

Impact sur le Futur

 

Le président d’ADRA, Jonathan Duffy, a clôturé la session de deux semaines en dévoilant le nouveau logo, la nouvelle devise et le nouveau slogan d’ADRA, et a présenté une nouvelle campagne mondiale autour d’une cause lancée par ADRA.

 

« Il y a deux ans, ADRA a mené une enquête auprès des bureaux nationaux pour chercher à savoir qui est ADRA, » a dit Jonathan Duffy. « Nous avons découvert qu’ADRA est douée pour développer des programmes à long terme, pour les interventions d’urgence, pour les droits de l’homme, mais nous avions des lacunes au niveau de notre identité religieuse, et la façon dont nous travaillons est mal comprise. » Jonathan Duffy a ensuite expliqué qu’ADRA avait trois éléments qui jouent en sa faveur : l’agence est alimenté par la foi, elle dispose d’un vaste réseau de 20 millions de personnes connectées à l’église et qu’elle est dirigée localement et elle est fiable.

 

D’après Jonathan Duffy, ces découvertes ont conduit ADRA à définir son nouvel objectif, » lequel est ainsi libellé : « Servir l’humanité afin que tous puissent vivre comme Dieu l’a voulu. » Jonathan Duffy a également ajouté qu’ADRA se distingue des autres agences humanitaires en ce que « nous aspirons à ce que tous vivent selon ce que Dieu a voulu avec justice, compassion et amour – trois caractéristiques qui deviendront la nouvelle devise d’ADRA. »

 

En plus du nouvel objectif et de la nouvelle devise, le nouveau logo d’ADRA a été décrit en détail par Salvador Montes de Oca, directeur adjoint du design d’ADRA.

 

« Les pieds des gens ont été enlevés, ce qui rend le logo plus visible. La couleur est aussi maintenant une couleur qui tend vers le vert, » a expliqué Salvador Montes de Oca. Un autre changement présenté est celui des noms de pays qui ne seront plus associés à ADRA. » La marque est désormais ADRA à tous les niveaux, pour être plus unifiée, » a-t-il déclaré.

 

A la fin de la présentation, chaque bureau national a reçu un guide de style ADRA sur une clé USB et un t-shirt bleu sarcelle sur lequel était imprimé la nouvelle déclaration d’objectif d’ADRA.

 

Un Appel à la Justice Sociale

 

Jonathan Duffy a également annoncé la nouvelle campagne mondiale d’ADRA intitulée « Chaque Enfant. Partout. A l’École. » La campagne vise à recueillir un million de signatures d’ici juillet 2020 grâce à l’action sur le terrain menée en partenariat avec l’Église adventiste.

 

Les 131 bureaux d’ADRA se sont engagés à soutenir la campagne et certains d’entre eux se sont déjà tournés vers les réseaux sociaux pour diffuser le message.

 

« En tant qu’église, nous nous sommes sentis très à l’aise pour dire que nous sommes les mains et les pieds de Jésus, mais nous nous sentons un peu moins à l’aise pour dire que nous sommes aussi la voix de Jésus, » a dit Jonathan Duffy. « Actuellement, 262 millions d’enfants n’ont pas accès à l’éducation, et le fait pour eux d’avoir cet accès est un élément clé pour remédier à de nombreuses inégalités auxquelles ils sont confrontés, telles que les mariages d’enfants. »

 

ADRA a ensuite commencé sa réunion conjointe avec le Réseau Mondial Adventiste d’Internet (GAiN), qui a duré une semaine supplémentaire.

 

Traduction: Patrick Luciathe