Le dialogue entre les Adventistes observateurs du sabbat explore les valeurs communes et les croyances distinctives

Mis à jour le 08.03.2019 à 15:36
Le dialogue entre les Adventistes observateurs du sabbat explore les valeurs communes et les croyances distinctives

Silver Spring, Maryland, United States | Bettina Krause, Public Affairs and Religious Liberty News

 

Un esprit d’amitié et de respect mutuel a marqué une rencontre de deux jours entre des représentants de l’Église adventiste du septième jour et du Mouvement de Réforme Adventiste du septième jour. Un petit groupe de dirigeants et de théologiens des deux groupes – qui partagent un héritage similaire ainsi que plusieurs croyances fondamentales – s’est réuni les 5 et 6 décembre 2018 au siège de la Conférence Générale des Adventistes du septième jour à Silver Spring, Maryland, aux États-Unis.

 

Selon les participants, l’objectif était simplement d’établir une relation cordiale et de favoriser une meilleure compréhension des croyances, de la mission et de l’identité de chacun.

 

« Notre conversation a été amicale et informative, et elle a permis de reconnaitre notre héritage commun, ainsi qu’un certain nombre de différences théologiques claires entre nos deux communautés, » a déclaré Nikolaus Satelmajer, l’un des principaux organisateurs du dialogue du côté Adventiste du septième jour.

 

Le Mouvement de Réforme Adventiste du septième jour, dont le siège se trouve à Roanoke, en Virginie, aux États-Unis, compte quelque 42000 membres dans plus de 130 pays. Ses origines remontent, comme celles de la grande Église adventiste du septième jour, au mouvement Millérite du milieu du XIXème siècle jusqu’à la formation officielle de l’Église adventiste du septième jour à Battle Creek, dans le Michigan, en 1863. Les Adventistes Réformés embrassent le ministère prophétique d’Ellen G. White, l’un des cofondateurs de l’Église adventiste du septième jour, une dénomination qui compte aujourd’hui quelque 21 millions de membres baptisés dans plus de 200 pays

 

L’histoire des deux groupes a toutefois commencé à diverger en Europe pendant la Première Guerre mondiale – au départ sur la question de l’implication des membres d’église dans le service militaire – et depuis lors, les deux dénominations se sont développées de manière indépendante.

 

Au cours de la conversation, les participants des deux groupes ont présenté des exposés sur quatre domaines relatifs à la théologie et à la pratique. Les représentants du Mouvement de la Réforme ont choisi les domaines suivants: la tempérance chrétienne mettant l’accent sur le régime alimentaire pour la dernière génération; la relation entre l’église et l’état, en particulier en ce qui concerne la participation au service militaire; la justification par la foi; et les questions liées au divorce et au remariage.

 

Le directeur des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse de l’Église adventiste, Ganoune Diop, a déclaré que les discussions interconfessionnelles telles que celles-ci ont un objectif vital. « Lorsque nous nous asseyons ensemble, face à face, nous pouvons partager nos croyances et notre identité avec nos propres mots et travailler à dissiper les idées fausses ou les préjugés. Bien qu’il puisse y avoir des domaines de désaccord bien définis, nous pouvons tout de même reconnaître nos valeurs et nos croyances communes, et apprécier une fraternité chrétienne riche ainsi que l’opportunité d’apprendre l’un de l’autre. »

 

Davi P. Silva, président de la Conférence Générale du Mouvement de la Réforme Adventiste du septième jour, a déclaré: « Cela a été une belle occasion de faire connaissance, de dialoguer ouvertement et librement sur des questions d’intérêt commun et aussi de continuer d’examiner des différences vitales en rapport avec notre salut éternel. »

 

A la fin du dialogue, les participants ont décidé de se réunir à nouveau au printemps 2019, bien que les sujets de discussion n’aient pas encore été choisis. Le groupe s’était déjà réuni de manière informelle à deux reprises auparavant, une fois en août 2017 au siège de la Conférence Générale du Mouvement de la Réforme Adventiste du septième jour à Roanoke, en Virginie, puis en avril 2018 aux bureaux de la Conférence Générale des Adventistes du septième jour dans le Maryland.

 

Vous trouverez ci-dessous une déclaration commune des participants au dialogue en cours.

 

Déclaration commune des participants au dialogue entre l’Eglise adventiste du septième jour et le Mouvement de la Réforme Adventiste du septième jour. Décembre 2018

 

En tant que représentants de la Conférence Générale des Adventistes du septième jour et de la Conférence Générale du Mouvement de la Réforme Adventiste du septième jour, nous sommes ravis d’avoir l’opportunité de nous rencontrer et de dialoguer dans un esprit d’amitié et de respect chrétiens. Notre héritage commun et les nombreux domaines d’intersection de nos doctrines, nos valeurs et nos pratiques nous ont permis d’établir rapidement une base solide de compréhension et de fraternité. En tant qu’adventistes observateurs du sabbat, nous partageons des liens uniques de parenté spirituelle, chacun conservant la vérité du sabbat et attendant avec impatience le prochain retour de notre Sauveur.

 

Nous reconnaissons cependant qu’il existe des domaines dans lesquels nous avons des différences claires dans la compréhension théologique et la pratique ecclésiale ; nous les exprimons avec franchise et humilité, et partageant autour de ce que disent les Écritures et les écrits d’Ellen White.

 

Nous nous rencontrons dans le but de mieux nous comprendre, d’ouvrir un espace chaleureux et cordial pour la discussion et la fraternité, et pour nous valoriser mutuellement en cherchant chacun à proclamer Jésus-Christ et son salut à un monde déchu. Nous espérons vraiment nous revoir au printemps 2019 afin de poursuivre notre conversation.

 

Traduction: Patrick Luciathe (DIA).