Le Ministère des Sourds accompagne une jeune femme sourde au moment d'accoucher

Mis à jour le 21.01.2019 à 15:57
Le Ministère des Sourds accompagne une jeune femme sourde au moment d'accoucher

Il a duré 30 heures, depuis l’admission à l’hôpital d’une jeune fille sourde et de son mari sourd également. Plus d’une journée de douleurs, de moments d’angoisse et… pas de barrières de communication ! Grâce à la présence du Ministère des Sourds, qui les a accompagnés de manière désintéressée tout au long du périple.

 

L’anxiété des sourds devant le professionnel de la santé

 

Ce n’est pas facile pour un couple de sourds de se retrouver dans une telle situation. Les personnes sourdes se sentent seules et anxieuses lorsque les interprètes ne sont pas disponibles dans les hôpitaux. Ils se sentent extrêmement impuissants et isolés. Souvent, ils ne comprennent pas ce que les médecins leur disent et ils ne peuvent pas expliquer ce qui leur arrive. Cette situation les angoisse terriblement. De plus, les interprètes sous contrat ne sont généralement disponibles que pour une période déterminée, et dans le cas d’un accouchement…. on ne sait jamais.

 

Le moment le plus marquant de leur vie, l’arrivée d’un enfant peut devenir traumatisante. Surtout pour la mère, et d’autant plus si c’est la première fois et qu’elle ne sait pas quoi faire dans cette situation, car elle ne comprend pas les instructions du médecin.

 

La meilleure question

 

Lorsque vous arrivez à l’hôpital et que vous dites que vous êtes sourd, la plupart du temps, on vous pose les trois questions effrayantes qui sont habituellement posées : “Vous n’entendez pas ? mais vous parlez ? vous lisez sur les lèvres ? Les entendeurs professionnels qui doivent traiter avec des personnes sourdes sont confus. Parfois, ils pensent que les personnes sourdes sont aussi muettes, ou que toutes les personnes sourdes devraient savoir lire sur les lèvres. La question la plus appropriée serait de savoir de quoi vous avez besoin pour accéder à l’information. Chaque cas est différent. Par exemple, nous avons des personnes sourdes qui peuvent lire sur les lèvres, d’autres préfèrent communiquer avec elles par écrit, ou en Langue des Signes, et d’autres, qui ont un repos auditif, la seule chose dont elles ont besoin est que leur interlocuteur se tienne toujours devant, pour se servir aussi de la lecture sur les lèvres.

 

Difficultés d’avoir un interprète lors de l’accouchement

 

La loi sur le soutien à la communication orale des sourds reconnaît le droit des personnes sourdes d’avoir un interprète en langue des signes (LSE) pour communiquer avec le personnel de santé, comme tout autre patient. Dans la pratique, ce droit n’est pas toujours effectif, comme l’indique la Confédération nationale des personnes sourdes (CNSE). Elles gèrent elles-mêmes la présence d’un interprète dans les consultations – ce qui n’est pas fait à partir des dispensaires, ni automatiquement – mais elles doivent le faire deux jours à l’avance, ce qui rend difficile leur présence à une naissance si elle n’est pas planifiée. De plus, les interprètes “n’ont pas de formation spécifique pour une situation aussi délicate, intime et dans un cadre aussi respectueux”. D’autre part, un interprète ne sera pas en service plus d’une heure, et il est généralement très difficile pour un accouchement de se terminer pendant ce temps.

 

Ministère des Sourds au service des Sourds adventistes

 

Ce n’est pas la première fois que le ministère des Sourds a dû faire face à une telle situation. Mais dans ce cas particulier, le personnel de santé de l’Hôpital de Vila Real a traité ce couple d’une manière très singulière. Presque tout le personnel de santé s’est tourné vers ce couple. Ils ont essayé de lui parler lentement et de se faire comprendre du mieux qu’ils pouvaient. De plus, le travail d’équipe qui a été fait, de concert avec l’interprète en langue des signes, a été extraordinaire.

 

Il n’y a eu qu’une seule situation compliquée lors d’un changement de service, lorsqu’un membre du personnel de santé a interdit l’entrée du mari sourd parce qu’une seule personne pouvait entrer comme accompagnateur. Cette situation était assez désagréable, étant donné que le soutien, le réconfort et la force dont la mère qui accouche a besoin sont ceux de son mari, et que c’est un droit que le mari a en tant que père. Cependant, la présence de l’interprète était nécessaire pour faciliter la communication entre la mère et le personnel de santé. Enfin, Dieu merci, l’équipe de santé a enfin permis au père d’être avec la mère et de voir son bébé naître.

 

L’église sera toujours là pour aider ses membres, et le ministère des Sourds est heureux de pouvoir servir, aussi, dans ces situations.

 

Taida L. Rivero. Responsable du ministère des sourds de l’Église adventiste du septième jour en Espagne.

Article publié/traduit par Adventiste Magazine.